Un dimanche électoral

Passe d'armes entre Alain Ribaux et Sylvie Perrinjaquet Passe d'armes entre Alain Ribaux et Sylvie Perrinjaquet

La délégation Neuchâteloise à Berne ne change pas beaucoup au terme de ce dimanche d’élections fédérales. Au Conseil des Etats, les deux sortants sont réélus : le socialiste Didier Berberat et le PLR Raphaël Comte sont arrivés en tête.

Au National, la composition des sièges ne change pas: deux libéraux-radicaux, un UDC, un socialiste, une Verte. Tous les sortants sont réélus, à l’exception d’une rocade: les électeurs ont préféré le PLR Alain Ribaux à sa collègue de parti, la sortante Sylvie Perrinjaquet.

Vincent Costet a suivi le serrage de mains du chef de l’économie Thierry Grosjean, qui aperçoit Sylvie Perrinjaquet sur le plateau de la TSR:

Déception encore plus vive pour la grande battue, Sylvie Perrinjaquet. Elle n’a pas voulu réagir à sa non-réélection à notre micro. 

Mais déjà à son arrivée au Château, son retard sur Alain Ribaux faisait flotter comme un parfum de défaite:

Sylvie Perrinjaquet qui a décidé de respirer ailleurs qu’en politique. L’ancienne conseillère d’Etat neuchâteloise a annoncé la fin de sa carrière politique.

Alain Ribaux est donc le grand vainqueur des élections fédérales dans le canton de Neuchâtel. Son arrivée en début de soirée au stamm du PLR, au Cercle national:

Cet échec de l’ancienne conseillère d’Etat marque la fin de sa carrière politique. Sylvie Perrinjaquet a décidé de raccrocher, visiblement très affectée par cette non réélection. 

Une défaite qui est avant tout une défaite personnelle. Elle ne pénalise pas son parti. Au contraire.

L’analyse de Fabio Payot:

Dimanche après-midi dans la salle des Chevaliers du Château de Neuchâtel, c’était le suspense! La gauche a failli prendre un siège au PLR au Conseil national. 

On a même cru un moment que la gauche menaçait la réélection de Raphaël Comte aux Etats. L’agitation ambiante, on pourrait même dire l’émoi, notamment des femmes socialistes (on va d’ailleurs entendre Monica Maire-Hefti et Florence Nater), n’a pas manqué d’amuser les observateurs extérieurs. Comme Laurent Kurth, le conseiller communal chaux-de-fonnier, qui n’était pas candidat:

Sur le plan fédéral, les grands partis souffrent, les petites formations sont en forme. L’UDC, le PLR, le PDC et les Verts perdent des sièges par rapport à 2007. Une érosion qui profite principalement au Parti bourgeois démocratique et aux Verts’libéraux.

L'analyse de la presse dans la Revue media de Julien Hirt:


Actualisé le