Les communes en colère

Jean Studer Le conseiller d'Etat Jean Studer

L’Etat de Neuchâtel a-t-il les moyens de se payer à la fois le Transrun, l’allégement fiscal pour les personnes physiques, la réforme hospitalière et l’assainissement de la caisse de pension Prévoyance.ne? Tout le monde n’est pas convaincu après la présentation mercredi du plan de redressement des finances cantonales 2012 - 2016. 

Les 74 millions de francs d’économies annuelles prévues dès 2015 mettent à contribution l’ensemble de la communauté neuchâteloise, dont les communes, à hauteur de 13 millions. On peut ajouter qu’il n’y aura pas de Transrun sans une participation financière communale, a dit le Conseil d’Etat.

Voilà un message qui inquiète le président de l’Association des communes neuchâteloises Raphaël Comte:

Après l’inquiétude de Raphaël Comte, la colère du responsable des finances de Val-de-Travers. Le Conseil d’Etat veut supprimer dès 2014 l’aide aux communes les plus pauvres. Elles sont trois sur 56 à en bénéficier, dont celle du Vallon. D’où la réaction de Jean-Nat Karakash:

Si le Conseil d’Etat dit vouloir dialoguer avec tout le monde, les responsables des finances communales sont fatigués de la façon de communiquer du gouvernement, fatigués des reports de charges. Alain Ribaux, chef des finances à la Ville de Neuchâtel:

Le Grand Conseil neuchâtelois votera sur 54 des 74 millions de francs d’économies prévues dès 2015 par le Conseil d’Etat.

Un dossier proposé par Vincent Costet.


Actualisé le