Grève à la Providence

Grève Providence

L’un dit blanc, l’autre dit noir… difficile d’y voir clair dans le conflit qui secoue l’Hôpital de La Providence, à Neuchâtel.

La grève a repris lundi, pour une durée indéterminée. Une trentaine de personnes y ont pris part. Parmi elles, des représentants des syndicats et des employés. Au cœur des revendications: le maintien de la Convention collective de travail Santé 21, le maintien de tous les emplois et la non externalisation de services, à quelques jours de la reprise de l’institution par le groupe Genolier.

Le mouvement de grève était relativement peu suivi lundi. Par peur de représailles selon les uns, par lassitude des syndicats selon les autres. Difficile de savoir qui dit vrai. Une seule chose est sûre: il règne un climat détestable au sein de l’hôpital. La faute aux syndicats, selon l’infirmière cheffe Micheline Mantegani:

Sur 350 employés, une trentaine de grèvistes, ça ne représente qu'une minorité. Mais qu’importe le nombre, la détermination est au rendez-vous. Le témoignage de ce groupe de grévistes:

Des témoignages recueillis par Anabelle Bourquin.


Actualisé le