Des badges sur les chantiers

Ils sillonnent le canton pour vérifier que les conventions collectives sont respectées et lutter contre le travail au noir. Ils, ce sont les deux contrôleurs de chantiers engagés par la Fédération neuchâteloise des entrepreneurs. Et leur travail pourrait être facilité cette année. La FNE souhaite instaurer un badge pour les travailleurs de chaque secteur de la construction. Il suffira aux contrôleurs de chantier de scanner un code sur le badge pour connaître la situation de l’ouvrier.

Silvio Sorrenti est contrôleur de chantier. Il a accepté que Sarah Massy l’accompagne dans une de ses visites de chantiers. Et pour lui, ce badge serait une bonne chose :

Le système de badge est aussi discuté sur le plan suisse. Si rien n’est décidé au niveau fédéral d’ici cet été, Neuchâtel mettra sur pied son propre badge.

Il suffira alors aux contrôleurs de chantiers de scanner un code sur ce badge pour connaître la situation de l’ouvrier, de son employeur à son contrat de travail, en passant par ses cotisations aux assurances sociales, son salaire, son droit aux vacances ou encore son horaire. Autant d’informations qui permettent de vérifier que la CCT de sa branche est bel et bien appliquée. Pour Monica Paz, contrôleuse de chantier, ce badge serait un bon début :


Actualisé le