Le deuil d'un enfant éphémère

couple enlacé triste

En Suisse, une grossesse sur trois ou quatre n'arrive pas à son terme. Perdre un enfant avant la naissance ou au moment de l'accouchement est une épreuve particulièrement douloureuse pour les parents.

Esther Winstch anime une consultation en deuil périnatal aux Etablissements hospitaliers du Nord vaudois. Elle nous explique ce que l'on entend par deuil périnatal, quelle période cela englobe:

"Le deuil d'un enfant éphémère, le douloureux parcours des parents", c'est le titre d'une exposition qui est à voir à l'hôpital d'Yverdon-les-Bains jusqu'au 17 avril prochain.

Notre invitée, Esther Wintsch, a participé à la création de cette exposition. Elle nous explique quels sont les buts poursuivis par cette exposition:

Esther Wintsch vous invite à la conférence qu'elle donne sur le sujet  le 15 mars à 19h à la cafétéria du personnel de l'hôpital d'Yverdon.

Et le 29 mars à 19h, vous pouvez assister à une visite guidée de l'exposition.


Actualisé le

 

Anciens commentaires

Manon Tucci, Montréal , Canada

11.03.2012 17:16

Faire son deuil........... connerie......Je ne le ferai jamais!! Qu'est-ce qui nous obligent ? Pourquoi sommes-nous toujours OBLIGÉS de passer à autre chose . Pourquoi voudrais-je oublier ce petit garçon que j'ai porté 42 semaines et qui à été conçu et porter dans l'amour mais qui est né sans vie dans un lourd silence ?. Il est vrai que la douleur est moin vive qu'à la naissance de Niccolò il y a 2 ans et 8 mois mais cette douleur est et sera toujours présente . Et heureusement pour les parents à qui ce n'est jamais arrivé ,ils ne pourront jamais imaginer ce drame . Je ne le souhaite à personne .

Caroline, Québec

11.03.2012 14:03

Et oui, c'est un deuil qui se vit en silence car trop d'incompréhension de la part des autres. Il y a déjà treize ans que mes jumelles ont mis leurs ailes et je pense encore souvent à elles. Je ne les pleure plus mais lorsque quelqu'un près de moi a eu des jumeaux dernièrement, la douleur refait surface. Il y a toujours ce pincement au coeur après tout ce temps et trois autres enfants...

Marie aude, Toulouse

11.03.2012 10:31

Ma petite Sophia est décédée in utero a 6,5 mois de grossesse. J'ai accouche de mon petit ange dans un silence assourdissant le 20 décembre 2010, nous l'avons accompagne jusqu'à sa dernière demeure le 24 décembre, aux cotes de son grand-père, mon papa. Depuis, j'ai eu une 2ème petite fille, née le 2 février 2012. Ma grossesse a été atroce, d'une angoisse extrême mais aujourd'hui mon bebe est la, bien vivant et la vie a une toute autre saveur!!! Toutefois, il ne se passe pas une journée sans que je ne pense a ma petite princesse des étoiles. Peu de personnes comprennent la douleur ignoble que la perte d'un bebe "a venir" represente. Je crois que seuls, les parents amputes le peuvent... Je veux apporter un mesage d'espoir aux parents qui traverssent ce cauchemar : votre vie ne sera certes plus jamais la même, il vous faudra du temps afin de tolérer l'inacceptable, d' apprivoiser l'absence mais vous y parviendrez, votre petit trésor du ciel vous y aidera et se penchera sur vous avec tendresse et bienveillance afin que vous lui donniez un petit frère ou une petite sœur, si tel est votre désir... Merci ma Sophia de si bien veiller et protéger ta petite sœur.....

Missy79, Chaux-de-Fonds

09.03.2012 11:18

J'ai perdu un enfant à 6,5 mois de grossesse d'une Pré-Eclampsie, en 2005. J'en parle toujours à mes proches lorsque la date revient chaque année. Des fois on me dit que c'est parce que je n'ai pas fait le deuil... C'est difficile de contrer cela même si tout le reste de l'année, ma petite Kimberley ne reste que dans mon coeur !