L’immigration dans l’industrie horlogère suisse

L’emploi du temps: l’industrie horlogère suisse et l’immigration (1930-1980), c’est le titre de la thèse soutenue par Francesco Garufo. Le désormais doctorant est chargé d’enseignement à l’Institut d’histoire de l’Université de Neuchâtel. Son travail porte sur les politiques migratoires mises en place par les associations patronales et ouvrières, en collaboration avec l’Etat fédéral.

Le chercheur a mené une étude plus détaillée sur l’entreprise horlogère Tissot, au Locle. Finalement, Francesco Garufo a interviewé 28 personnes afin de comprendre leur trajectoire personnelle. Ces migrants viennent d’un village des Préalpes bergamasques en Italie, et du Haut-Doubs. /sbe


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus