Les communes

Ce qu'il faut savoir sur Val-de-Ruz

Les Neuchâtelois sont appelés aux urnes le dimanche 25 octobre pour renouveler leurs autorités communales. Le tour des enjeux à Val-de-Ruz.

Conseil communal

Anne Christine Pellissier, PLR
François Cuche, PS
Roby Tschopp, Les Verts
Christian Hostettler, PLR
Cédric Cuanillon, PLR

Enjeux dans la commune - ambitions des partis

À Val-de-Ruz, les communales sont marquées par le dépôt d’une sixième et nouvelle liste, celle des Vert’libéraux. Inspiré par son impressionnante progression lors des élections fédérales de l’an dernier, ce parti du centre entend s’implanter dans la troisième commune neuchâteloise en termes de nombre d’habitants, sans préciser le nombre de sièges qu’il convoite.

Autre fait nouveau, le PDC propose une liste rajeunie et fournie de sept noms. Il n’est actuellement plus représenté au Conseil général : Il a perdu son seul représentant en cours de législature, Vincent Martinez étant passé au PLR.

Le PLR justement occupe actuellement près de la moitié des sièges du législatif, 19 sur 40. Il est majoritaire à l’exécutif avec trois conseillers communaux sur cinq. Le PLR désire en priorité conserver ses acquis.

Le Parti socialiste affiche ses ambitions avec prudence. Il a dix sièges à défendre. Il dit simplement vouloir faire aussi bien.

À l’autre extrême de l’échiquier politique, l’UDC tient un discours similaire au PS : il désire en priorité conserver ses cinq sièges sans autre prétention.

Les Verts, qui comptent sept sièges, se montrent plus gourmands : ils ne dédaigneraient pas grignoter quelques fauteuils supplémentaires. /mne

Enjeux dans la commune - les thèmes chers aux partis

Refusée par référendum en 2018, la hausse du coefficient fiscal est LE thème sensible… Pour améliorer les finances communales, les Verts, le PS ainsi que le PLR s’affichent tous en faveur d’une augmentation des impôts.

Si le PLR insiste sur une gestion rigoureuse des finances, il précise aussi qu’une hausse modeste est défendable. L’UDC, elle, ne veut pas en entendre parler. Les Vert’libéraux estiment que l’augmentation du coefficient fiscal n’est pas une priorité de même que le PDC, qui parle surtout d’accueillir des « faiseurs d’emplois ». L’UDC appuie encore sur le fait que la commune doit absolument limiter ses dépenses.

Tous les partis sont en revanche d’accord sur autre point : Il faut favoriser le développement d’une politique économique locale et le commerce de proximité. Le PLR met en plus l’accent sur la nécessité de créer une zone industrielle en complément des zones artisanales villageoises.

Pour le reste, le PS insiste beaucoup sur le bien-être de l’ensemble des citoyens, du plus jeune au plus âgé. Les Verts articulent leur campagne autour d’une mobilité repensée, d’une nature à préserver et de l’efficience énergétique. Les Vert’libéraux pensent aussi à l’écologie, tout en souhaitant mieux soutenir les PME.

Le PDC met la défense de la famille au centre de ses priorités, il dit aussi vouloir, je cite « réenchanter le Vallon jusque dans les villages les plus éloignés, y compris ceux où l’eau a cessé de couler dans les fontaines ». /mne