Fédérales : notre analyse à J-2

Un peu moins de 26%, c’est le taux de participation ce vendredi à midi dans le canton de Neuchâtel ...
Fédérales : notre analyse à J-2

Un peu moins de 26%, c’est le taux de participation ce vendredi à midi dans le canton de Neuchâtel pour les élections fédérales qui se tiennent ce dimanche. Pourtant, les enjeux sont importants. Analyse

Dimanche, RTN délocalise ses studios au Château de Neuchâtel. Dimanche, RTN délocalise ses studios au Château de Neuchâtel.

Il vous reste moins de 48 heures pour voter ! Les urnes des élections fédérales seront refermées dimanche à midi pile dans les 31 communes neuchâteloises comme partout ailleurs en Suisse.

Le canton de Neuchâtel doit désigner quatre conseillers nationaux et deux conseillers aux Etats. Une cinquantaine de candidats briguent l’un de ces six sièges. Vendredi à midi, le taux de participation se montait à un peu moins de 26%.

Pourtant, les enjeux sont importants. L’analyse d’Adrien Juvet :

Deux poids lourds neuchâtelois quittent le Conseil des États. Le socialiste Didier Berberat et le libéral-radical Raphaël Comte ont décidé de ne pas se représenter. Didier Berberat aura siégé à Berne durant 24 ans : le Chaux-de-Fonnier a été conseiller national de 1995 à 2009, puis conseiller aux États de 2009 à 2019. Quant à Raphaël Comte, il a siégé aux États depuis 2010, et a présidé la chambre des Cantons en 2016.

Pour remplacer Raphaël Comte, le PLR mise principalement sur Philippe Bauer. Après avoir occupé durant quatre ans une place au National, le citoyen d’Auvernier a de très fortes chances d’être élu dimanche aux États.

À gauche par contre, les jeux sont nettement plus ouverts. Pour succéder à Didier Berberat, le PS propose un ticket 100% féminin. L’ancienne présidente du parti Silvia Locatelli et la coprésidente des femmes socialistes suisses Martine Docourt sont candidates. La seconde a été plus présente que la première dans cette campagne. À voir si cette mobilisation permettra à la députée Martine Docourt d’accéder aux États.

 

Au National, les enjeux résident auprès des petites formations politiques. Car le parti libéral-radical neuchâtelois devrait, lui, conserver son siège à la Chambre du peuple. Si Philippe Bauer est élu, et accepte son élection aux États, c’est vraisemblablement l’ancien bras droit de l’ex-conseiller fédéral neuchâtelois Didier Burkhalter qui devrait être élu : Damien Cottier a mené une campagne de proximité avec les citoyens, y compris sur les réseaux sociaux. Autre candidat qui devrait voir son heure venue, c’est le socialiste Baptiste Hurni qui devrait accéder dimanche à la Chambre du peuple et succéder ainsi à Jacques-André Maire, qui ne se représente pas après avoir siégé 10 ans au National.

 

À partir de ces éléments solides, on fait face à plusieurs inconnues. D’abord à l’extrême gauche : Denis de la Reussille maintiendra-t-il l’unique siège du POP à Berne ? Les Verts devraient profiter des thématiques climatiques et environnementales. Les candidats Fabien Fivaz et Céline Vara ont des chances de reprendre le siège POP. D’autant plus que la vice-présidente des Verts suisses pourrait surfer sur la vague féministe actuelle.

 

L’autre incertitude de dimanche repose sur Yvan Perrin. L’UDC neuchâteloise parviendra-t-elle à conserver son siège à Berne jusqu’à présent occupé par l’indépendant Raymond Clottu ? Pour y parvenir, la formation devra enregistrer un score avoisinant 16%. Un score qui semble dans les cordes du parti, puisqu’entre 2003 et 2015, l’UDC a réalisé dans le canton de Neuchâtel un score variant entre 20 et 23%. Si toutefois l’UDC devait plonger sous les 16%, qui pourrait alors récupérer le siège ? Deux possibilités. Le fauteuil pourrait revenir à la gauche, avec un siège au PS, un au POP et un aux Verts. Le PLR pourrait aussi grappiller ce fauteuil, mais les chances sont très faibles pour le parti depuis que les Vert’libéraux et le PDC ont refusé un apparentement avec les libéraux-radicaux.


 

Toute l’équipe de RTN sera mobilisée dimanche pour vous faire vivre ces élections. Dès 12h15 dans notre journal nous interviendrons du Château de Neuchâtel, où RTN aura délocalisé ses studios. L’objectif, c’est que vous ne ratiez rien de ce scrutin majeur. Dès 13h et jusqu’aux résultats définitifs, RTN sera en direct de la Salle des Chevaliers. Au fil de l’après-midi, nous pourrons donner les premières tendances et les premières analyses par rapport aux élections fédérales 2015. RTN ira également prendre la température dans les stamms des formations politiques, avant de recueillir les réactions des principaux candidats. À 17h30, toujours du Château de Neuchâtel, place aux présidents de partis pour une table ronde d’une quinzaine de minutes. Enfin, au moment des résultats, nouvelle table ronde avec les élus que les Neuchâtelois auront décidé d’envoyer à Berne. /aju-jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus