Visions du Réel de Nyon: le Grand Prix honore un film allemand

NYON VD - Le film allemand "Der Kick" a raflé le Grand Prix des Visions du Réel de Nyon (VD). Le palmarès proclamé attribue notamment deux prix à une cinéaste iranienne vivant en Suisse. Le festival du documentaire a enregistré 26'000 entrées.Le Grand Prix salue le meilleur des 22 films de la compétition internationale. Il a été attribué au long métrage "Der Kick" de l'Allemand Andres Veiel dans lequel il met en scène de façon presque abstraite le procès du meurtre d'un adolescent.Pour le jury, la démarche du réalisateur -réduire un fait divers à l'essentiel- permet une nouvelle lecture des événements. Il signe une oeuvre forte qui interroge aussi sur les frontières de la fiction et du réel. Le Grand Prix s'accompagne de 15'000 francs.Les différents jurys ont décerné dix prix. Deux d'entre eux saluent Afsar Sonia Shaafie. La cinéaste iranienne établie en Suisse a obtenu le prix Suissimage/Société suisse des auteurs (10'000 francs) ainsi que l'un des prix Regards neufs (5000 francs) pour "City Walls - My Own Private Tehran".Avec pudeur et humour, ce film engagé passe en revue l'histoire de l'émancipation des femmes de sa famille, sur trois générations, dans une société marquée par l'oppression religieuse. "C'est presqu'un mélodrame", écrit le jury, "il nous surprend en montrant une société iranienne au-delà des idées reçues".Frédéric Baillif a reçu le prix de la Télévision suisse romande, doté de 7000 francs, pour "Geisendorf" projeté en primeur samedi soir. Le Genevois y présente cinq adolescents, entre frime, bagarres et doutes sur leur avenir.Durant une semaine, le festival a montré 161 documentaires de 38 pays illustrant la diversité esthétique du genre. Le millésime 2006 additionnait essais, enquêtes, cinéma minimaliste ou films politiques.La rétrospective dédiée à la Vaudoise Jacqueline Veuve a fait salles combles, a indiqué le festival. Outre des tables rondes, le public a pu participer à deux ateliers animés par deux cinéastes engagés: l'Israélien Avi Mograbi et le Cambodgien Rithy Panh.Autre temps fort, la venue du réalisateur Atom Egoyan et de son épouse pour la première de "Citadel" qui suit les péripéties d'un voyage du couple au Liban. Le Français Alain Cavalier était aussi présent pour montrer "Le Filmeur", dix ans de son journal intime en images. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.