Viols entre mineurs: les autorités de Schmitten (FR) catastrophées

SCHMITTEN FR - Les autorités de Schmitten (FR) ont sévèrement condamné les viols et abus sexuels dont ont été victimes trois mineures. Certains des faits sur lesquels la Chambre pénale des mineurs enquête se sont déroulés dans un appartement de cette commune singinoise.Les autorités communales de Schmitten (FR) sont "choquées et décontenancées", ont-elles indiqué dans un communiqué de presse. Elles n'arrivent pas à comprendre ce qui a pu inciter ces adolescents et ces jeunes hommes à commettre des actes aussi répugnants. Les présumés auteurs ne sont pas connus des autorités.Il s'agit avant tout de ressortissants des Balkans de la 2e génération, a déclaré en substance le conseiller d'Etat socialiste Erwin Jutzet à "Forums" sur la RSR. Connaissant le quartier où se sont déroulés les faits, M. Jutzet a noté qu'il ne s'agissait pas d'un ghetto.Il y a aussi des Suisses, mais les appartements, vétustes, sont bon marché, a-t-il précisé. Cette affaire exprime l'échec de la politique d'intégration suisse depuis 15 ans, a encore relevé le conseiller d'Etat en charge de la justice. Des mesures sont nécessaires aux niveaux des cantons et de la Confédération.L'affaire révélée lundi au public par les autorités judiciaires fribourgeoises implique 14 prévenus dont certains mineurs. Des trois victimes mineures, l'une était âgée de 14 ans au moment des faits.Certains des actes ont été filmés avec un téléphone portable. Les chefs d'accusation, selon les actes reprochés aux prévenus, sont le viol, la contrainte sexuelle, les actes sexuels avec une mineure et la contrainte à la prostitution.Les principaux auteurs ont passé un mois en préventive, les autres entre un jour et deux semaines. Ils ont tous été remis en liberté. Les faits, qui se sont produits en été 2005, ont été dénoncés en novembre 2006. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.