Unia veut rééquilibrer ses comptes d'ici 2008

BERNE - Les délégués d'Unia ont approuvé le budget 2006 et le plan financier pour revenir à l'équilibre des comptes lors d'une assemblée extraordinaire à Berne. L'occasion a également été saisie pour relancer la campagne pour la revalorisation des salaires.C'est à une large majorité et après des discussions critiques et engagées que la stratégie de la direction d'Unia pour consolider le nouveau syndicat d'ici à 2008 a été confortée, souligne un communiqué. Les mesures s'annoncent en effet douloureuses. Au total, 27 collaborateurs devront être licenciés."La réduction du déficit passe malheureusement par une réduction des effectifs, les deux tiers de nos dépenses étant occasionnées par des coûts en personnel", a rappelé le co-président Renzo Ambrosetti dans son discours inaugural. "Nous nous donnons énormément de peine pour que ces réductions de personnel deviennent aussi socialement supportables que possible."Le syndicat, qui est né de la fusion de quatre syndicats, essuie encore financièrement les plâtres de cette réorganisation. Le déficit pour 2006 est de 8 millions de francs, pour un budget global de 125 millions. Il devrait se réduire considérablement en 2007 pour atteindre le retour à l'équilibre l'année suivante."Unia est une histoire à succès", a tenu à rappeler l'autre co-président Vasco Pedrina devant les quelque 160 personnes présentes. Les conflits internes entre les représentants des anciens syndicats n'ont presque pas joué de rôle et le nombre de membres et de cotisations ont pu être stabilisés étonnamment vite.Et les critiques à son encontre lues dans la presse confortent l'idée qu'Unia est désormais un syndicat qui compte. Le conflit de travail chez Swissmetal à Reconvilier a suscité une vague de solidarité unique dans toute la Suisse, a-t-il encore relevé. Les délégués ont déploré le licenciement annoncé vendredi de 112 collaborateurs du site jurassien.Les axes politiques figuraient en première ligne du programme samedi. Ainsi, Unia exige une revalorisation des salaires en 2006, arguant d'un contexte économique favorable. Vingt-cinq ans après l'adoption du principe d'égalité de salaire dans la constitution, il est temps de réduire le fossé existant en matière de traitements perçus par les hommes et les femmes, aujourd'hui de 21 %. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.