Selon Christoph Blocher, les Africains seraient "paresseux"

BERNE - Laissant entendre que les Africains sont "paresseux", Christoph Blocher a remis en cause l'utilité de l'aide au développement à ce continent lors d'une séance d'une commission du National, a déclaré le socialiste zurichois Andreas Gross.Réagissant à un article du "Matin dimanche", M. Gross, président de la Commission des institutions politiques du Conseil national, a indiqué que le conseiller fédéral avait tenu des propos "choquants" et "indignes" de la part d'un ministre à l'occasion d'une séance le 14 septembre, dont le journal romand affirme avoir obtenu le procès-verbal."Il y a des règles à respecter même à l'égard d'un conseiller fédéral appartenant au camp adverse. Dans ce sens, les propos tenus par un membre du gouvernement lors d'une séance de commission ne sont pas rendus publics", a relevé le conseiller national, regrettant la fuite dans la presse.M. Gross a néanmoins indiqué que M. Blocher avait laissé entendre devant la commission que les Africains sont "paresseux" et qu'ils sont "responsables de leur situation". Il ne vaut pas la peine d'investir de l'argent sur le continent africain", a ajouté le conseiller fédéral, toujours selon M. Gross.Le chef du Département fédéral de justice et police (DFJP) a également nié la responsabilité des pays colonisateurs et industriels par rapport à la situation économique actuelle de l'Afrique, a indiqué M. Gross.Ces propos ont choqué plusieurs membres de la commission, a relevé le socialiste zurichois. Selon lui, M. Blocher a tenu un discours reprenant des thèses "racistes".Si des membres de la Commission souhaitent donner une suite politique aux propos tenus par M. Blocher, il faut qu'ils interpellent le conseiller fédéral lors de la prochaine session du Parlement. Le procès-verbal de la commission, confidentiel, ne peut pas être utilisé, a expliqué M. Gross.Le chef de l'information du DFJP, Livio Zanolari, n'a pas souhaité faire de commentaire. Il a cependant relevé que M. Blocher a déjà par le passé émis des réserves sur l'aide au développement. Le ministre a notamment évoqué un hôpital qu'il a lui-même financé en Afrique. Une fois passé en mains africaines, l'établissement a périclité, selon M. Blocher. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.