PS: oui à une Europe à la carte et à l'harmonisation scolaire

NÄFELS GL - Les socialistes veulent faire avancer le débat sur l'adhésion à l'Europe. Les 180 délégués du parti ont adopté à Näfels (GL) la 2e partie de leur plate-forme européenne. Ils ont aussi dit "oui" à plus d'harmonisation scolaire entre les cantons.La seconde partie de la plate-forme européenne du PS analyse les conséquences économiques et sociales d'une adhésion. Les délégués l'ont accepté à l'unanimité.La première partie de la plateforme, consacrée aux enjeux politiques et institutionnels, avait été entérinée fin novembre. Le président du PS, Hans-Jürg Fehr, s'en est réjoui. "Une telle unanimité n'aurait pas été possible il y a une année".Les délégués n'ont apporté que quelques petits changements au texte. Ainsi, il indique désormais qu'en cas d'adhésion, le PS rejetterait "toute libéralisation du service public".L'exigence de la direction du PS, selon laquelle la Suisse ne doit "pas être contrainte, provisoirement, d'adopter l'euro" a donné lieu a un débat animé. Le PS bâlois s'est battu pour l'entrée de la Suisse dans la zone euro. Mais les délégués ont refusé leur proposition par 104 voix contre 44.En adoptant sa plate-forme, le PS a devancé le Conseil fédéral, dont on attend le rapport sur les options en matière de politique européenne d'ici à l'été.Le PS est persuadé que la Suisse pourra obtenir "des périodes transitoires et des exceptions". En ce qui concerne les effets négatifs du dédoublement de la TVA, ils devraient être compensés en attribuant la hausse aux assurances sociales.Les délégués ont également plébiscité les articles constitutionnels sur la formation soumis à votation fédérale le 21 mai. Même s'ils estiment que ces instruments sont insuffisants pour faire avancer rapidement l'harmonisation scolaire entre les cantons.C'est pourquoi, ils ont adopté une résolution "pour plus d'égalité des chances à l'école", dans laquelle ils demandent que la Confédération harmonise les bourses d'étude à un niveau nettement plus élevé qu'aujourd'hui.Enfin, par le biais d'une résolution, proposée par les socialistes romands, les délégués ont exigé que les écoles commencent par enseigner une seconde langue nationale avant d'introduire l'anglais. Le PS s'érige ainsi contre la plupart des cantons alémaniques qui veulent commencer par l'anglais en 3e primaire, avant de faire suivre le français dès la 5e. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.