Oui unanime du PS à l'harmonisation des allocations familiales

SURSEE LU - Le Parti socialiste suisse a lancé sa campagne en vue des élections fédérales de 2007 à Sursee/LU. Il veut redevenir le premier parti du pays devant l'UDC. S'il y arrive, il tentera de placer un 3e représentant de gauche au Conseil fédéral."Nous voulons faire sauter la majorité de droite au Conseil fédéral", a dit le président du parti Hans-Jürg Fehr devant les quelque 300 participants réunis pour ce congrès de deux jours. Le PS vise le siège du radical Hans-Rudolf Merz, qu'Ursula Wyss, présidente du groupe parlementaire, a caractérisé de "bon candidat à une retraite anticipée fin 2007". Les socialistes reprochent à M. Merz une politique fiscale qui ne profite "qu'à ceux qui n'en ont vraiment pas besoin, soit les riches"."Si nous gagnons beaucoup de voix, nous exigerons ce siège pour nous", a précisé le vice-président du parti Pierre-Yves Maillard. "Il pourrait aussi revenir aux Verts, voire au PDC, si ce parti présente un candidat avec lequel nous pouvons travailler." "Nous n'avons qu'un siège de moins que l'UDC", a dit Mme Wyss. Le PS est devenu selon elle le parti le mieux représenté dans les parlements et les exécutifs cantonaux.Le PS a lancé sa campagne en l'absence de ses deux conseillers fédéraux Micheline Calmy-Rey et Moritz Leuenberger. La première a dû renoncer à venir, car son père est décédé. Le second a dû se rendre à l'assemblée générale de l'ONU à New-York.Dans un enregistrement vidéo, Moritz Leuenberger s'est désolé que l'ouverture de négociations d'adhésion avec l'Union européenne ne soit officiellement plus qu'une "option", qu'on a placée "dans le congélateur". Selon le président de la Confédération, "il faudrait au moins la mettre dans le frigo".Dans son discours écrit distribué aux délégués, Micheline Calmy-Rey a de son côté appelé à lutter contre ceux "qui ont pour unique but de réduire la quote-part de l'Etat". Elle a aussi rappelé qu'un développement durable ne pouvait se fonder sur des déséquilibres, par exemple économiques ou fiscaux.Le PS a également déterminé ses mots d'ordre pour les votations fédérales du 26 novembre. Sans surprise, les socialistes ont décidé de soutenir à l'unanimité l'harmonisation des allocations familiales et la loi sur l'aide aux pays d'Europe de l'Est.Enfin, la Bâloise Silvia Schenker a été élue à la vice-présidence du PS, battant au 3e tour de scrutin la Genevoise Maria Roth-Bernasconi. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.