Net recul de la mortalité due aux maladies cardiovasculaires

Le nombre de décès dus à des maladies cardiovasculaires a continué de baisser en Suisse en 2003 et 2004. En revanche, la mortalité liée au cancer et aux maladies pulmonaires n'a diminué que légèrement.L'évolution des causes de décès s'est poursuivie de manière constante au cours de ces deux années, a indiqué l'Office fédéral de la statistique (OFS). Dans l'ensemble, les taux de mortalité baissent lentement mais continuellement. Etablie depuis 1876, cette statistiques est basée sur les déclarations que sont tenus de faire les médecins qui constatent les décès.Le cancer occupe le deuxième rang des causes de mortalité, avec 26%. Ici aussi, la mortalité recule, mais à un rythme très lent. À une exception près: le cancer des poumons, qui tue de plus en plus de femmes.Les maladies pulmonaires se placent en troisième position, avec 6%. Cette cause de décès perd davantage d'importance chez les hommes que chez les femmes. Elle a tué légèrement plus pendant la canicule de 2003, tant chez les hommes que chez les femmes, en raison des concentrations d'ozone et de particules en suspension.La canicule de 2003 constitue avec le tsunami de décembre 2004 un des deux événements marquants de la période considérée. Elle a causé quelque 500 décès supplémentaires en août 2003 et un total de 1000 environ entre juin et septembre. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.