Navigation par satellite: le projet Galileo décolle enfin

MOSCOU - Le projet Galileo, qui doit affranchir l'Europe de sa dépendance en navigation par satellite, a pris un tour concret. Un premier satellite chargé de tester les technologies mises en oeuvre par le futur système a été mis en orbite avec succès. "Nous avons un satellite qui marche", a indiqué le chef du projet Galileo à l'Agence spatiale européenne (ESA), Javier Benedicto, depuis le centre spatial russe de Baïkonour (Kazakhstan). Le satellite a été placé sur l'orbite prévue à 23 000 km d'altitude par une fusée russe Soyouz. Giove A, un gros cube de 602 kg fabriqué par la société britannique SSTL, va servir pendant deux ans à valider dans l'espace plusieurs technologies nouvelles, dont l'horloge atomique la plus exacte jamais envoyée dans l'espace, horloge développée par l'entreprise neuchâteloise Temex. Le satellite, dont la durée de vie prévisible est de l'ordre de deux ans, a été lancé à 06h19 (heure en Suisse) de Baïkonour. C'était la première fois que l'ESA, qui copilote la phase initiale du projet Galileo avec l'Union européenne, envoyait un satellite sur une orbite moyenne. Le ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a évoqué sur la radio France Info un "succès scientifique supérieur à celui des Américains". Le succès du lancement de Giove A était une condition indispensable pour pérenniser les droits des Européens sur les fréquences qui leurs ont été attribuées par l'Union internationale des télécommunications (UIT). Alors que les premières réflexions sur une alternative au GPS américain remontent au début des années 90, il faudra attendre 2010 pour voir l'entrée en service commercial de Galileo. Selon des responsables européens, Galileo devrait permettre de créer 140 000 emplois en Europe. Moyennant un investissement de 3,8 milliards d'euros, Galileo doit permettre à l'Europe d'acquérir son indépendance dans un domaine stratégique, indispensable pour la gestion du trafic aérien, maritime et automobile. Galileo et le GPS seront compatibles. Ils permettront notamment de retrouver un conteneur perdu, repérer une voiture volée, évaluer le temps restant avant le passage d'un bus, suivre les déplacements d'un délinquant porteur d'un bracelet électronique ou de secourir un randonneur perdu. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.