Moritz Leuenberger s'attaque aux particules fines

BERNE - Alors que le taux de concentration de particules fines atteint des records en Suisse, Moritz Leuenberger lance un plan d'action pour réduire cette pollution. Il veut introduire l'obligation d'un filtre à particules pour les voitures diesel neuves.Les valeurs enregistrées ces derniers jours ont "massivement dépassé" le seuil toléré. Cette situation est "très alarmante", a reconnu le chef du Département des transports et de l'environnement (DETEC).Pressé par cette situation critique et par certains cantons, M. Leuenberger lance un vaste plan d'action. Une tâche difficile, a expliqué le président de la Confédération, car les sources d'émissions sont multiples (trafic, industrie, machines agricoles, outils de chantiers et chauffage).Avec 15% des émissions, les chauffages au bois et l'incinération des déchets forestiers constituent une source importante. Dès 2007, les premiers devront être munis d'un certificat de conformité avec l'UE et les normes seront renforcées pour les chauffages dits automatiques.La construction de centrales thermiques à bois - une technique très propre - sera encouragée plutôt que la multiplication de petits chauffages non équipés en filtre. Enfin, la combustion de déchets de bois en plein air dans les forêts devra être évitée au profit du déchiquetage. L'industrie et l'artisanat seront aussi soumis à des valeurs plus strictes en matière d'émissions de poussière fine.En plus de ce premier paquet, M. Leuenberger va présenter prochainement au Conseil fédéral une série de mesures supplémentaires. Parmi les plus attendues: l'introduction de l'obligation d'un filtre à particule pour les véhicules privés diesel neuf. Les véhicules militaires et de services de la Confédration seront aussi soumis à cette obligation.Le chef du DETEC aimerait aussi introduire des incitations fiscales pour les entreprises de transports publics qui prennent des mesures en vue de réduire les émissions de particules fines. Quant aux camions équipés de filtres, ils devraient être intégrés dans la catégorie moins chère de la redevance poids lourds liée aux prestations (RPLP).Face aux pics de pollution atteints ces derniers jours, pas question pourtant pour le Conseil fédéral de restreindre la circulation de certains véhicules dans les villes. Cette tâche relève de la compétence exclusive des cantons, a expliqué M. Leuenberger. La balle est dans leur camp. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.