Milliard aux nouveaux pays de l'UE: Deiss s'en prend à l'UDC

BERNE - La volonté de l'UDC de lancer le référendum contre le milliard de francs promis aux nouveaux pays membres de l'Union européenne suscite la colère de Joseph Deiss. C'est "une politique à courte vue et un réflexe d'Harpagon", critique le conseiller fédéral.Dans "Le Temps", le ministre de l'économide ne se dit toutefois pas vraiment surpris, "tant nous avons l'habitude de voir ce parti chercher la petite bête pour prendre une fois de plus le dossier européen en otage politique. A une année et demie des élections fédérales, c'est encore davantage cousu de fil blanc.""Il s'agit d'une récidive, que l'UDC n'ait cure de mettre en péril les intérêts du pays", ajoute le conseiller fédéral. Car selon lui, la solidarité de la Suisse à l'égard de ces pays est "teintée d'intérêts directs".Et le chef du Département fédéral de l'économie de rappeler que "c'est avec ces pays que nous enregistrons actuellement, pour l'Europe, la croissance la plus importante de nos exportations". Or la contribution suisse permet de jetter "les bases d'un énorme 'goodwill' dans ces pays", estime-t-il.S'il dit ignorer les répercussions qu'engendrerait un "non" du peuple à la contribution suisse, le démocrate-chrétien relève "qu'on ne peut en aucun cas prétendre que ce serait sans effet, à Bruxelles et dans les pays concernés." Cela rendrait beaucoup plus difficiles les démarches quotidiennes avec l'Union européenne (UE).Rien ne permet en outre d'exclure que l'UE fasse un lien avec d'autres traités, même si cette contribution est indépendante des accords bilatéraux. "Nous n'avons vraiment aucun intérêt à créer des difficultés avec notre partenaire le plus important. Qui donc a intérêt à crever les pneus sous son propre véhicule?", questionne M. Deiss.Le financement du milliard de francs doit se faire par compensation au sein des Départements de l'économie et des affaires étrangères, explique M. Deiss. Ce qui ne devrait pas être trop difficile car les montants à débourser s'étaleront sur une dizaine d'années et s'éléveront donc à 100-125 millions de francs par an. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.