L'initiative populaire sur les armes à feu sur les rails

BERNE - Bannir l'arme de service des foyers helvétiques et créer un registre national des armes: une cinquantaine d'organisations et de partis ont décidé de lancer une initiative populaire en ce sens.Intitulée "Protection contre la violence des armes", celle-ci demande également que tout particulier qui souhaite acheter une arme ou des munitions fournisse une sorte de certificat de capacité. Le texte doit encore être examiné par la Chancellerie de la Confédération.La récolte de signatures pourrait commencer en août, a indiqué le conseiller national Josef Lang (Verts/ZG). La campagne coïnciderait donc avec celle des élections fédérales. "Nous voulons que les armes soient un sujet de débat durant les élections, car c'est le défi sécuritaire de la Suisse", précise M. Lang, par ailleurs membre du Groupement pour une Suisse sans armée (GSsA).Les organisateurs se sont fixés un objectif de 125'000 signatures, sur les 100'000 nécessaires. La moitié devrait provenir du PS (30'000), du GSsA (20'000) et des Verts (10'000), selon Josef Lang. L'initiative bénéficie d'un "large soutien", dont celui des Femmes catholiques et de leurs homologues protestantes, ainsi que de diverses organisations pacifistes ou de lutte contre le suicide.Quelque 231'000 fusils d'assaut et 51'600 pistolets d'ordonnance se trouvent actuellement dans les placards des foyers helvétiques. On estime à environ deux millions les armes privées et militaires dans les ménages suisses.Près de 300 personnes sont tuées chaque année, en Suisse, par une arme de service, selon une étude de l'Institut de criminologie de l'Université de Lausanne. Elles sont fréquemment utilisées dans les cas de suicides et de drames familiaux. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.