Libre circulation avec l'UE: les frontières suisses s'ouvrent

BERNE - Les travailleurs des 15 anciens pays de l'UE ainsi que de Malte, Chypre et des pays de l'AELE peuvent s'établir en Suisse depuis ce vendredi. Les contingents ont été supprimés. Selon Berne, l'accord n'a pas eu d'effet notable sur le marché du travail suisse jusqu'ici.Dans la première phase après l'entrée en vigueur, il y a cinq ans, de l'accord de libre circulation avec l'UE, le nombre de migrants pour des séjours de longue durée était limité à 15'000 par année. Ces contingents ont toujours été entièrement épuisés. Les autorités estiment donc que la suppression des contingents va entraîner une augmentation de l'immigration. Elles s'attendent aussi à une hausse du nombre des séjours de longue durée et à une baisse du nombre des séjours courts.Selon Serge Gaillard, chef de la Direction du travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), l'élargissement de la libre circulation devrait avoir des effets positifs sur la conjoncture: la bonne situation conjoncturelle crée un besoin de nouvelles forces de travail, qui contribuent en même temps à la croissance économique.Mais les syndicats voient aussi des problèmes dans la libre circulation des personnes. Ils prévoient une pression croissante sur les salaires. Pour les employeurs, les avantages pour l'économie suisse l'emportent largement, notamment la possibilité de recruter des spécialistes dans toute l'Europe.En cas de forte vague migratoire d'ici à fin mai 2008, la Suisse pourrait toutefois avoir recours à la clause de sauvegarde inscrite dans l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes. Celle-ci autorise la reprise de contingents pour deux ans à partir du 1er juin 2008.Jeudi, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) ne relevait pas d'impact notable sur le chômage ou les salaires suisses malgré une immigration accrue dans son 3e rapport de l'Observatoire de la libre circulation des personnes concernant la période entre juin 2002 et décembre 2006. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.