L'harmonisation des allocations est favorable aux classes moyennes

BERNE - Pour le PDC, qui se veut le grand défenseur des familles, la nouvelle loi sur les allocations familiales, soumise au vote le 26 novembre, est primordiale. Elle renforce la classe moyenne et contribue à assurer l'avenir de la Suisse.Le président du parti Christophe Darbellay a dit devant la presse à Berne ne pas comprendre que les "cercles toujours favorables à la recherche et au développement" s'opposent à cette loi. Les enfants et les jeunes sont pourtant "l'avenir de notre société, ils sont notre futur", a-t-il affirmé.Et la conseillère nationale fribourgeoise Thérèse Meyer de répéter que les coûts supplémentaires liés à l'introduction d'allocations minimales dans toute la Suisse, soit 593 millions de francs, sont supportables. D'autant plus que des économies seront réalisées en mettant fin aux lourdeurs administratives actuelles, a ajouté sa collègue st-galloise Lucrezia Meier-Schatz.Christophe Darbelley a aussi tenu à rappeler que l'introduction d'un montant minimal n'obligera pas les cantons qui ont aujourd'hui des allocations plus élevées à les baisser, comme le prétendent les adversaires de la loi dans des annonces parues dans la presse. "Nous étudions d'ailleurs la possibilité d'actionner la justice contre ces annonces mensongères", a-t-il dit.L'harmonisation des allocations familiales constitue l'un des piliers de la politique familiale du parti, a encore rappelé son président. Il a écrit à tous ses 80 000 membres et sympathisants pour les appeler à voter "oui" et a décidé d'investir 100 000 francs dans la campagne.Mais le PDC n'aurait pas soutenu l'initiative de Travail.Suisse, entre-temps retirée, qui demandait au moins 450 francs par enfant. Les coûts, évalués à 10 milliards, étaient trop important, a expliqué M. Darbellay. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.