Les politiciens ne sont pas intègres, mais savent gouverner

ZURICH - Les politiciens suisses ne sont certes pas intègres, mais ils savent résoudre les problèmes du pays. C'est ce que pense une majorité des personnes interrogées pour le dernier sondage UNIVOX.Selon cette enquête, les politiciens font sciemment des promesses qu'ils ne peuvent pas tenir (84%) et n'écoutent pas le peuple (68%). En fait, ils ne sont intéressés qu'à récolter les voix des électeurs sans se préoccuper vraiment de leurs opinions (67%).Cette vision pessimiste, ou tout au moins critique, ne conduit pas pour autant les Suisses à douter de l'efficacité de leur système politique. En effet, plus des trois quarts des personnes interrogées (76%) croient en la capacité de la Confédération à résoudre les problèmes du pays. En 1998, elles n'étaient que 54%.Les auteurs de l'étude expliquent cette apparente contradiction de la façon suivante: le système politique suisse contraint les politiciens à tenir compte des désirs et des préoccupations de la population. Car il contient les méchanismes de contrôle nécessaires, en particulier ceux de la démocratie directe.Les sondés estiment d'ailleurs que les votations et les élections ont leur raison d'être. C'est le seul moyen pour eux d'avoir une influence sur la politique (81%). Ils ne sont que 28% à penser que voter n'a pas de sens puisque ça ne change rien.La confiance des électeurs dans leur gouvernement a crû ces dernières années, avec un taux passant de 34% en 1996 à 48% aujourd'hui. La part de ceux qui doutent a parallèlement diminué de 53% à 41%.Mais la confiance ne règne pas partout. Ainsi, près des deux tiers des électeurs UDC estiment que le Conseil fédéral ignore les préoccupations de la population et que celle-ci ne peut donc pas compter sur lui. Le rapport est inversé chez les électeurs des autres partis gouvernementaux.Pourquoi cette défiance persistante des partisans de l'UDC pour l'autorité au pouvoir, malgré l'entrée de Christoph Blocher au Conseil fédéral ? C'est parce que l'UDC a attisé pendant des années la méfiance face à la classe politique, répondent les auteurs de l'étude.Pour ce sondage UNIVOX, l'institut gfs.zürich a interrogé en février dernier 710 personnes, dont 75% en Suisse alémanique et 25% en Suisse romande. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.