Les libéraux genevois s'enfoncent dans la crise

GENèVE - Le Parti libéral genevois (PLG) replonge de plus belle dans la crise. Cinq semaines après son élection à la présidence du parti, Serge Bednarczyk démissionne, évoquant de profondes divergences de vue avec le comité du PLG."J'ai démissionné vendredi de la présidence du parti libéral", a indiqué Serge Bednarczyk, confirmant une information de médias romands. Dans sa lettre de démission, il évoque des "divergences majeures en matière de stratégie politique". "Je ne regrette pas ma décision, motivée par ma volonté d'être en accord avec mon éthique personnelle."Cette annonce surprise est un coup de massue pour le parti, qui pensait se remettre d'une période de flou concernant sa direction. Serge Bednarczyk, 53 ans, est le deuxième président à démissionner cette année. Avant lui, Blaise-Alexandre Le Comte avait abandonné son mandat avec fracas après un peu plus de 100 jours.M. Bednarczyk, par ailleurs secrétaire général de la Fondation Wilsdorf qui détient Rolex, avait été proposé à la présidence par un comité de "sages" du PLG. Il avait été présenté comme une personnalité rassembleuse susceptible de sortir le parti de l'ornière, à quelques mois des élections municipales et à une année des élections fédérales. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.