Les démocrates-chrétiens veulent combattre "notre îlot de cherté"

BERNE - Le PDC dénonce la cherté des produits alimentaires en Suisse ainsi que le niveau trop élevé des coûts de la santé. Les démocrates-chrétiens déposeront des interventions parlementaires pour remédier aux entraves coûteuses à l'importation et à la vente.Chaque année, les Suisses dépensent 2,1 milliards de francs en faisant du "tourisme des achats" à l'étranger, déplore le PDC dans un papier stratégique présenté à Berne. "Dans l'Union européenne, les prix à la consommation sont en moyenne un tiers plus bas que chez nous", affirme le président du parti Christophe Darbellay. "Les produits d'importation sont trop chers en Suisse".Les entraves techniques au commerce sont importantes, selon la conseillère nationale saint-galloise Lukrezia Meier Schatz: "Par exemple, le 'Red-Bull' est emballé dans des cannettes spécifiques pour la Suisse, car les mesures sont indiquées en millilitres chez nous, alors qu'elles le sont en pourcentage dans l'UE".De la même manière, la Suisse fait produire des appareils électroménagers correspondant à ses propres normes. Celles-ci prévoient une largeur de 55 cm alors que les règles européennes la situent à 60 cm.Les démocrates-chrétiens réclament donc que la Confédération introduise le principe du Cassis de Dijon. Selon ce dernier, des produits autorisés par Bruxelles doivent aussi pouvoir être vendus en Suisse. Le PDC exige aussi que Berne harmonise rapidement ses directives avec le droit en vigueur dans l'UE.Dans le domaine de la santé, Christophe Darbellay fustige la politique "formaliste" de Swissmedic qui "fait grimper les prix inutilement". Quant aux médicaments dont le brevet est échu, "seul le produit le moins cher doit être prescrit par le médecin et remboursé par l'assurance-maladie, sauf contre-indication médicale". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.