L'éléction d'André Hédiger provoque un tollé à Genève

GENèVE - La nomination d'André Hédiger à la mairie de Genève mercredi par ses pairs provoque un tollé. L'extrême-gauche est seule à soutenir le choix du représentant du Parti du travail inculpé d'abus d'autorité pour avoir annulé des amendes de parcage.Le magistrat du PdT a été élu à la tête de la cité de Calvin grâce à la voix du conseiller administratif de l'Alliance de gauche Christian Ferrazino. Le maire actuel, le socialiste Manuel Tornare, qui a accusé par ailleurs l'élu communiste de l'avoir diffamé, soutenait l'écologiste Patrice Mugny.Le libéral Pierre Muller, seul conseiller de droite à l'exécutif, n'a pas voulu arbitrer la gauche, selon ses propres dires. Le plus âgé des deux candidats l'a finalement emporté, conformément au règlement en cas d'égalité, alors que Patrice Mugny, dernier arrivé au sein du collège, était élu à l'unanimité à la vice-présidence.La "Tribune de Genève" commente "ce coup de tonnerre" sur son site Internet en titrant: "La ville de Genève touche le fond". En France, un ministre inculpé démissionne, quitte à revenir au pouvoir s'il est déclaré innocent, écrit l'éditorialiste."Comment redorer le blason de Genève ?", se demande "Le Matin". "Par gain de paix et souci de l'intérêt général, Dédé, quarante ans de politique derrière lui, aurait dû renoncer de lui-même à la mairie", écrit le quotidien.Les partis de droite se disent atterrés par la décision du Conseil administratif: ils craignent pour l'image de la ville en Suisse et à l'étranger. Le radical Guy Dossan est "extrêmement choqué" et le démocrate-chrétien Didier Bonny n'en revient pas. Le libéral Alexis Barbey affirme que des dirigeants étrangers pourraient refuser de rencontrer un maire inculpé.Socialistes et Verts ne mâchent pas leurs mots. "C'est la consternation", affirme l'écologiste Marguerite Contat Hickel. Le Parti socialiste évoque quant à lui une "décision irresponsable du point de vue politique et institutionnel"."Je ferai en sorte que mon année à la tête de l'exécutif se déroule dans une atmosphère sereine", a déclaré mercredi André Hédiger. Il est depuis mardi sous le coup d'une inculpation pénale pour abus d'autorité dans l'affaire des amendes annulées. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.