L'assistance au suicide sera possible sous conditions au CHUV

LAUSANNE - Dès le 1er janvier, un hôpital universitaire, le CHUV à Lausanne, autorisera sous conditions l'aide au suicide en ses murs. L'intervention d'Exit ou d'un autre médecin sera possible lorsque le patient ne peut pas être ramené chez lui. "Les patients pourront recourir à Exit ou à un médecin externe de son choix", a indiqué samedi le CHUV, confirmant une information de "24 Heures" et de la "Tribune de Genève". Un médecin de l'institution pourra y participer, mais pas dans l'exercice de ses fonctions. Il devra le faire lors d'un jour de congé. D'une manière générale, le personnel soignant du CHUV, médecin ou infirmière, sera libre d'accompagner ou non la démarche. Nul ne sera contraint. Point essentiel, le geste - c'est-à-dire l'ingurgitation du cocktail létal - sera accompli par le patient. Le malade n'aura la possibilité de demander une aide au suicide qu'après une évaluation. Il faudra remplir des critères stricts: persistance de la demande, maladie incurable ou fin proche, capacité de discernement. Des alternatives, comme des soins palliatifs, devront lui avoir été proposées et mises en oeuvre. Ces cinq dernières années, l'hôpital lausannois a été confronté à trois demandes de ce type. "A notre connaissance, le CHUV est le premier hôpital universitaire suisse à accomplir cette démarche", a précisé le porte-parole de l'établissement. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.