La pièce de cinq centimes reste, celle d'un centime disparaîtra

BERNE - La pièce d'un centime, jugée totalement obsolète, disparaîtra de la circulation le 1er janvier. En revanche, le Conseil fédéral a décidé de conserver celle de cinq centimes. Il a tenu compte de la forte mobilisation en faveur du maintien du "sou".Cette décision n'est pas une surprise. Le ministre des finances Hans-Rudolf Merz avait déjà annoncé en février dans la presse qu'il renoncerait à supprimer les cinq centimes. Une majorité des milieux consultés s'est en effet opposée à leur disparition.Les associations de consommateurs craignaient notamment que les commerçants arrondissent les prix à la hausse en cas de suppression du sou doré, avec à la clé une inflation de quelque 0,2%. Le segment des articles à bas prix et le courrier postal étaient particulièrement visés. Les détaillants avaient évoqué pour leur part un risque d'érosion des marges.La suppression des cinq centimes avait été proposée pour des raisons financières, le sou doré coûtant plus cher à fabriquer (six centimes) que sa valeur officielle. Les 300'000 francs d'économies escomptées seront néanmoins réalisées, l'institut swissmint les ayant compensées grâce notamment à un programme de réduction des coûts, a précisé le Département fédéral des finances (DFF).Personne n'a en revanche pleuré l'abandon des pièces d'un centime. Il a été salué par l'ensemble des milieux consultés à l'exception de la Société suisse de numismatique. La disparition de cette pièce se justifie du fait qu'elle n'a plus qu'une valeur symbolique et qu'elle ne joue plus aucun rôle dans les opérations quotidiennes de paiement.Par ailleurs, sa production coûte très cher (près de onze centimes) et nécessite un alliage de bronze spécial difficile à se procurer. L'adoption d'un autre alliage n'est pas une alternative, car son développement s'avérerait également onéreux.A partir de 2007, la population aura la possibilité d'échanger les pièces d'un centime à leur valeur nominale auprès de la Banque nationale suisse (BNS), des CFF et de La Poste. Elles seront en outre reprises par la BNS pendant 20 ans.Il sera toujours possible de payer au centime près dans le trafic des paiements sans numéraire ainsi que d'indiquer les prix au centime près avant de les arrondir. Cette manière de procéder est déjà courante aujourd'hui avec les marchandises en vrac telles que l'essence, a rappelé le DFF. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.