Journée internationale de la femme: inégalité des salaires décriée

BERNE - Les syndicats et la gauche, mais aussi les femmes radicales, ont rappelé, lors de la Journée de la femme, qu'ils se battent pour l'égalité des sexes. La question du salaire les préoccupe. Selon Micheline Calmy-Rey, la loi ne suffit pas."Après dix ans de loi sur l'égalité, les femmes gagnent toujours 25% de moins en moyenne. Nous refusons ce scandale !", a indiqué le groupe parlementaire socialiste. Le PS promet d'ailleurs de maintenir la pression au Parlement, moyennant une série de mesures destinées à renforcer la loi sur l'égalité.Les Verts appellent le Conseil fédéral à démarrer un programme de promotion du temps partiel dans l'administration fédérale.Du côté syndical, Unia a mis à disposition des passants mercredi au centre de Berne le calculateur de salaire "fairplay" de l'Union syndicale suisse. Dans un classement établi par l'OCDE et portant sur 19 pays, la Suisse partage le dernier rang avec les Etats-Unis en matière d'égalité des salaires.Les femmes radicales rappellent de leur côté qu'il reste beaucoup à faire. Selon elles, les femmes doivent cependant vouloir rattraper leur retard.L'égalité hommes-femmes exige un engagement ferme, individuel et collectif, estime Micheline Calmy-Rey. C'est pour cela qu'au sein du Département fédéral des affaires étrangères, "je m'efforce d'atteindre les objectifs fixés par la loi sur l'égalité et les directives du Conseil fédéral, qui nous demandent de viser la parité dans tous les domaines d'activités de la Confédération", explique la conseillère fédérale dans une interview publiée par l'hebdomadaire "Coopération".Mme Calmy-Rey se défend d'avoir pratiqué des quotas rigides dans le cadre du recrutement de diplomates pour favoriser la parité. Elle a appliqué un quota flexible qui prend en compte l'égalité des compétences, précise la socialiste dans une interview accordée aux quotidiens alémaniques "Der Bund" et "St-Galler Tagblatt"."Je ne serais peut-être pas devenue conseillère fédérale si le Parti socialiste genevois n'avait pas instauré la parité sur ses listes pour l'élection au Grand Conseil", relève Mme Calmy-Rey.Par ailleurs, l'association espacefemmes de Fribourg a lancé un nouveau projet intitulé "Duo - Accompagnement de femme à femme". Il vise à accentuer la solidarité et l'entraide entre Suissesses et immigrées, à l'occasion de la Journée internationale de la femme. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.