Journée de la femme: l'égalité mise à mal par l'UDC au National

BERNE - Loin d'être atteinte de l'avis unanime du Conseil national, l'égalité des sexes échauffe toujours les esprits. Alors que la gauche a demandé des mesures concrètes contre les discriminations, les hommes de l'UDC ont traité le thème avec mépris."Je tiens la loi sur l'égalité pour moins que rien", a tenu à préciser d'emblée Toni Bortoluzzi (UDC/ZH) en qualifiant le débat spécial de "bêtise" marquée par l'idéologie socialiste. Les discriminations salariales n'ont rien à voir avec les sexes, a-t-il assuré en rappelant qu'il avait déjà appelé à la suppression du bureau de l'égalité il y a trois ans."Ce débat n'a rien de stupide", a rétorqué la présidente du National Christine Egerszegi (PRD/AG). C'est la journée internationale des femmes et c'est l'UDC qui avait déposé une intervention réclamant la réduction du nombre d'interventions personnelles en suspens, a-t-elle rappelé.Les interventions traités lors du débat spécial émanent effectivement du camps rose-vert car nous défendons les intérêts des femmes, est intervenue Susanne Leutenegger (PS/BL). "Nous ne demandons pas la lune mais un vrai rapport de suivi qui demande au Conseil fédéral de rendre compte des mesures concrètes mises sur pied", a déclaré Maria Roth-Bernasconi (PS/GE).Se qualifiant de "femme émancipée", Ursula Haller (UDC/BE) a avoué que ses cheveux s'étaient "un peu dressés sur la tête" en entendant les propos de son collègue. Pour résoudre les problèmes de toutes les femmes, il faut chercher des solutions intelligentes avec les hommes et au-delà des clivages partisans, a ajouté Mme Haller.Pour le PRD, l'égalité des sexes est une évidence, a assuré Gabi Huber (UR). Le parti mise toutefois sur les incitations et non sur un excès de législation qui n'atteindra, selon lui, pas le but visé. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.