Hooliganisme à Bâle: club montré du doigt - mea culpa du FC Bâle

BâLE - Thomas Helbling, président de la commission de la sécurité et des fans à la Swiss Football League, critique durement les clubs suite aux débordements de samedi après le match Bâle-Zurich. Gigi Oeri, la présidente du FC Bâle, a admis des erreurs."Effarée" par la violence des incidents de samedi, la Fédération suisse des fonctionnaires de police (FSFP) a, elle, critiqué le FC Bâle. Elle s'interroge sur le dispositif de sécurité mis en place, qui relève de la responsabilité de la direction du club. "Pour cette tâche délicate, il faut engager du personnel de sécurité formé au mieux", relève son secrétaire général Jean-Pierre Monti.Pour M. Helbling, les clubs agissent à courte vue au lieu de s'attaquer aux problèmes. Il leur reproche en particulier de ne pas surveiller les hooligans. "Celui qui n'est pas surveillé se comporte différemment dans l'anonymat d'un stade", a-t-il dit.Il suggère de renforcer la collaboration entre les responsables des stades, les corps de police concernés et la centrale suisse pour le hooliganisme.Gigi Oeri, la présidente fraîchement élue du FC Bâle, a admis des erreurs lundi devant la presse. Elle a reconnu que le club a été un peu naïf dans la planification du dispositif de sécurité.Markus Laub, directeur du club et responsable des mesures de sécurité, a déploré que de nombreux hooligans aient pu accéder au match malgré une interdiction de stade.Thomas Helbling estime qu'"on ne peut pas transiger" avec la loi sur la sûreté intérieure révisée par les Chambres, qui institue des mesures contre le hooliganisme. Actuellement, la loi sur la protection des données protège des criminels en empêchant les corps de police d'échanger des informations entre eux.Cet échange deviendra possible avec l'entrée en vigueur de la loi révisée. Elle permettra aussi de prendre des mesures contre les spectateurs violents. La FSFP partage ce point de vue. Mais son entrée en vigueur n'est encore de loin pas acquise: un comité référendaire issu des milieux des fans récolte des signatures.Les dégâts causés dans le Parc St-Jacques après la rencontre s'élèvent à environ un demi-million de francs, selon une première estimation. S'ajoutent ceux dans les trams, qui se montent à plusieurs dizaines de milliers de francs. Les 25 personnes arrêtées ont été relâchées. Vingt-trois vivent à Bâle, deux viennent de Suisse orientale, a indiqué la police. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.