Etudier les plantes génétiquement modifiées en Suisse

BERNE - Etudier l'utilité et les risques des plantes génétiquement modifiées et renforcer leur acceptation dans la population: le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) a lancé un programme en ce sens. Doté de 12 millions de francs, il financera 27 projets."On en sait déjà beaucoup sur les risques des plantes génétiquement modifiées (PGM)", mais il n'est pas encore clair dans quelle mesure ces plantes peuvent être utilisées par l'agriculture suisses, a déclaré devant la presse le professeur Dirk Dobbelaere, de l'Université de Berne.Pour le président du programme national de recherche (PNR) 59 "Utilité et risques de la dissémination de plantes génétiquement modifiées", le savoir actuel de la communauté scientifique contraste avec la méfiance de l'opinion publique. Les consommateurs se montrent sceptiques, dit-il. Il s'agit de voir quelle est la nature exacte des craintes de la population, et de mettre à sa disposition les résultats des recherches, explique le professeur.Les chercheurs examineront les possibilités d'applications des PGM compatibles avec les visées de la politique agricole et environnementale helvétique. Ils se pencheront également sur l'évaluation du cadre légal et administratif pour les PGM ainsi que sur l'estimation et la gestion des risques et des processus de décision.Un autre projet prévoit en revanche la culture de blé génétiquement modifié en plein champ. Une demande d'autorisation a été déposée auprès de la Confédération pour cette expérience, qui devrait avoir lieu à Zurich et à Pully (VD), près de Lausanne.Les 27 projets choisis ont été sélectionnés parmi 92 esquisses reçues. Ils ont été évalués par des experts internationaux. L'Union européenne a déjà investi 250 millions pour des recherches similaires, a rappelé Dirk Dobbelaere.Soucieux de "rendre la discussion objective", le FNS veut impliquer les lobbies pro et anti-OGM. Avant même la constitution de tels forums, le débat a été chaud entre les scientifiques présents. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.