Dynamitage au Gothard: solidarité des pays alpins mise à l'épreuve

BERNE - Les pays alpins de l'UE croisent les doigts pour que le dynamitage du pan de roche au-dessus de Gurtnellen (UR) réussisse vendredi. Leur solidarité sera mise à rude épreuve si le tunnel du Gothard reste fermé pendant les vacances d'été.Dans le meilleur des cas, le tronçon uranais entre Erstfeld et Wassen pourrait être rouvert dès la semaine prochaine, a indiqué le porte-parole du groupe de coordination Adrian Zurfluh. L'éventualité de gros dégâts à l'autoroute après l'explosion de la masse rocheuse ne peut cependant pas être écartée.Le scénario du pire, ce serait le collapse de l'A2, l'axe névralgique des migrations estivales nord-sud, jusqu'en septembre: les autres cols et axes alpins devraient alors absorber les 40 à 50'000 voitures qui empruntent quotidiennement le Gothard en juillet et août."Dans cette hypothèse, les options ne sont pas légions", reconnaît le porte-parole de l'Office fédéral des routes (OFROU) Thomas Rohrbach. La capacité du réseau cantonal est beaucoup trop faible, sans compter que la route est étroite et tortueuse, souligne-t-on dans le canton d'Uri.On évitera difficilement un régime d'autorisations exceptionnelles pour endiguer cet afflux, selon M. Zurfluh. Le groupe de travail emmené par le secrétaire général adjoint du Département fédéral de l'environnement et des transports (DETEC) André Schrade étudie les variantes pour chaque cas de figure.Le trafic lourd qui transite par la Suisse a diminué de moitié vers les axes autrichiens et français. Il reste cependant entre 2000 et 3000 camions à répartir entre le San Bernardino, qui fonctionne à 200%, et les autres cols. Le Simplon et le St-Bernard enregistre jusqu'à six fois plus de trafic lourd qu'à l'ordinaire.Pour assurer la répartition du trafic lourd dans l'arc alpin en cas de congestion estivale, le ministre des transports helvétiques Moritz Leuenberger a demandé l'aide des Etats limitrophes. La solidarité entre les pays alpins est là, a confirmé jeudi le directeur de l'Office fédéral des routes Rudolf Dieterle dans les colonnes de la "NZZ".Mais si les pays voisins assument une part nettement plus élevée de trafic depuis la fermeture de l'A2, ils attendent en contrepartie de la Suisse qu'elle mette tout en oeuvre pour que l'axe soit rapidement rendu à la circulation. Certains attendent que l'interdiction de rouler la nuit soit assouplie, ajoute M. Dieterle. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.