Droit de recours des organisations: l'initiative a été déposée

ZURICH - Le peuple devrait avoir le dernier mot sur le droit de recours des associations. L'initiative populaire du Parti radical pour limiter cette pratique a été déposée avec 119'846 signatures. 100 000 étaient nécessaires.La soixantaine de cartons contenant les paraphes sera déposée à la Chancellerie fédérale en début d'après-midi. L'initiative "Droit de recours des organisations: assez d'obstructionnisme - plus de croissance pour la Suisse" a été lancée il y a 18 mois sous la houlette du PRD zurichois après l'échec du projet du stade du Hardturm.Elle veut exclure les recours contre des projets de construction se fondant sur une votation populaire ou une décision d'un législatif, que ce soit au niveau fédéral, cantonal ou communal. Dix-sept sections cantonales l'ont soutenue, dont celles du Valais, de Vaud, de Genève et de Fribourg, a indiqué à Zurich le président du comité d'initiative Konrad Hurni.Le Valais est un des cinq cantons où plus de 3% de la population a signé le texte. Philippe Nantermod, membre du comité d'initiative et des Jeunes Radicaux valaisans, a fait le voyage jusqu'à Zurich pour tenir devant les médias un discours musclé et enflammé en faveur d'une restriction du droit de recours."Nous ne voulons pas détruire la nature", a-t-il expliqué, "mais les emplois méritent tout autant d'être protégés que les espèces menacées". Il a fustigé Pro Natura et le WWF "qui nous embêtent en Valais".Le PRD a injecté 1,3 million de francs dans la campagne, financée entièrement avec des dons. Deux tiers de l'argent provient de l'économie privée, selon Konrad Hurni. Pour la récolte de signatures, qui avait démarré tièdement, les radicaux ont engagé 50 étudiants pendant douze mois, payés à raison de trois francs par signature valable.Pour les organisations environnementales, visées par cette initiative, le texte "est une attaque en règle contre le patrimoine et la nature". Il ne prend absolument pas en compte les lois de protection de la nature et de l'environnement adoptées démocratiquement, dénoncent-elles.De plus, l'initiative ne limite pas le droit de recours, mais "le vide de sa substance" en raison d'une formulation imprécise. Si les radicaux veulent supprimer le droit de recours, qu'ils le disent clairement, demandent les 16 organisations. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.