Drame des pompiers à Gretzenbach/SO: l'affaire est classée

SOLEURE - Personne ne sera poursuivi après la mort de sept pompiers, l'an dernier, dans l'effondrement du toit d'un garage souterrain à Gretzenbach (SO). Une expertise a certes conclu à des lacunes dans la construction, soumises à la prescription. Le Ministère public soleurois a présenté mardi les résultats d'une expertise qu'il avait mandatée après l'accident, survenu le 27 novembre 2004. Ainsi, des manquements dans la planification et la construction du garage ont notamment conduit à l'effondrement du toit. L'incendie qui s'était déclaré n'est donc pas seul en cause. Le toit du garage était recouvert, sur pratiquement toute sa surface, par une couche de terre trop épaisse. Les calculs statiques pour plus de la moitié des piliers de soutien se sont avérés incorrects, a dit l'expert Aurelio Muttoni. Les experts ont constaté en outre des erreurs dans la réalisation des piliers de soutien. C'est en raison de ces erreurs que les piliers ont transpercé le toit, les piliers restant en partie intacts. En 1990 déjà, lors de l'achèvement du garage, un danger latent d'effondrement existait, d'après M. Muttoni. Finalement, l'incendie a entraîné l'écroulement du toit en raison des lacunes dans la construction. L'incendie seul n'aurait pas pu le provoquer. En raison de ces lacunes, il existe la possibilité que les responsables aient pu se rendre coupables pour manque de diligence dans la construction, a dit le procureur Rolf von Felten. Mais comme il ne peut s'agir que d'une faute par négligence, le délai de prescription est de sept ans. En cas de changement de propriétaire, ce délai aurait été échu au plus tard en 2001. Le Ministère public veut par conséquent classer l'affaire. Auparavant, les personnes concernées, parmi lesquelles les familles des défunts, pourront s'exprimer sur l'expertise et sur la question de la prescription. Ils ont encore la possibilité de porter plainte sur le plan civil pour obtenir d'éventuels dommages et intérêts ou une réparation du préjudice moral. Lors de l'incendie du garage souterrain, le plafond s'était soudain effondré. Sept pompiers y avaient trouvé la mort. L'incendie était dû à une défectuosité technique d'une voiture parquée. Le drame avait soulevé une grande émotion dans toute la Suisse. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.