Cristal rouge: le National soutient la ratification

BERNE - Le cristal rouge, nouvel emblème de la Croix-Rouge, sera bientôt protégé en Suisse. Le National a accepté par 126 voix contre 39 de ratifier le protocole reconnaissant ce symbole. Le Conseil des Etats doit encore donner son aval.La Suisse a joué un rôle de premier plan dans l'adoption du nouvel emblème en forme de losange rouge. Elle devrait être le premier pays à ratifier le protocole, a noté Mario Fehr (PS/ZH) au nom de la commission. L'entrée en vigueur du protocole est prévue six mois après la ratification par deux Etats.L'adoption du nouvel emblème donne satisfaction à Israël. Elle va en effet permettre au Magen David Adom (MDA), la société de secours israélienne, d'être reconnu comme membre à part entière du Mouvement de la Croix-Rouge.Le protocole prévoit que les sociétés nationales pourront incorporer un autre emblème à l'intérieur du diamant rouge. Israël a en outre formulé une réserve autorisant le MDA à se servir uniquement du "bouclier de David" rouge à l'intérieur du pays.L'UDC s'est opposée en vain à la ratification du protocole. L'adoption d'un nouveau symbole ne peut se faire qu'au détriment d'un autre, a critiqué le Zurichois Ulrich Schlüer. Et de souligner le caractère helvétique de la croix rouge, associée à la neutralité de la Suisse, à ses yeux.Un symbole représentant le christianisme ne peut être considéré comme neutre, a répondu Christa Markwalder (PRD/BE). La croix rouge reste en outre le signe distinctif principal au niveau international, a ajouté Carlo Sommaruga (PS/GE), rappelant que 151 sociétés nationales l'utilisaient contre 32 recourant au croissant rouge.A l'exception de l'UDC, tous les groupes se prononcés en faveur de l'adoption du nouveau symbole. Après s'en être pris à la politique menée par l'Etat hébreu dans les territoires occupés, Geri Müller (Verts/AG) a finalement renoncé à s'opposer à l'entrée en matière.La Confédération a signé le troisième protocole additionnel aux Conventions de Genève qui crée l'emblème le 8 décembre déjà, lors de la Conférence diplomatique des parties contractantes réunies à Genève. Le cristal rouge est à la disposition des parties contractantes qui jugent inacceptables les deux autres signes distinctifs pour des raisons religieuses ou nationales. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.