Cinéma suisse: début des 42es Journées de Soleure

SOLEURE - Pour que le cinéma suisse décolle vraiment, il faudrait un FA-18. La métaphore a été lancée par le directeur des Journées de Soleure qui recevait le ministre de la défense Samuel Schmid pour l'ouverture du festival.Avec ironie, Ivo Kummer a suggéré qu'à son retour de Soleure, Samuel Schmid sera peut-être "enthousiasmé au point de faire cadeau d'un avion à réaction de type FA-18 (...) pour que le cinéma suisse puisse vraiment décoller sous l'effet d'une poussée de seize tonnes". Il s'est empressé de préciser que l'avion serait vendu par la suite. Le directeur a profité de son allocution pour plaider une nouvelle fois en faveur d'une augmentation massive du crédit du cinéma.Il n'a pas voulu polémiquer, comme l'an dernier, sur la politique de la Confédération en matière d'encouragement du cinéma. "Lancer un remake au bout d'un an, c'est vraiment un petit peu trop tôt."Samuel Schmid a aussi fait preuve d'humour, destiné surtout au public alémanique. Durant son intervention, il a aussi confié qu'il n'allait pas souvent au cinéma par manque de temps libre.Il a rappelé qu'il dispose d'un service produisant entre 40 et 50 films par an, réalisés par du personnel extérieur à son département. Le conseiller fédéral approuve le fait que le cinéma suisse soit soutenu par l'Etat. En revanche, ces moyens financiers "ne doivent pas être la première impulsion pour une création de haute qualité."D'ici dimanche, ce festival va montrer quelque 300 films, dont une kyrielle de courts et moyens métrages. Les organisateurs espèrent réunir plus de 40'000 cinéphiles.Soleure accueillera mercredi la remise du Prix du cinéma suisse 2007. Le conseiller fédéral Pascal Couchepin y est attendu. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.