Christoph Blocher satisfait de son bilan au Conseil fédéral

UETLIBERG - A la veille des législatives de 2007, Christoph Blocher tire un bilan satisfait de son département et du Conseil fédéral depuis son arrivée fin 2003. Les citoyens ont le choix entre approuver la "revitalisation" des valeurs ou revenir à la politique "des illusions".Pour le ministre de la justice, la politique libérale conservatrice amorcée en 2004 porte ses fruits, alors que la gauche et les Verts en sont restés "aux années 1990 marquées par l'autosatisfaction". Il s'est réjoui de constater que de nouvelles priorités guident désormais la politique fédérale: diminution des coûts, discussion sans tabous sur les abus dans les domaines de l'asile et de l'AI.Le conseiller fédéral a aussi constaté avec satisfaction que la quote-part de l'Etat s'est stabilisée et que l'adhésion à l'UE n'est plus un objectif stratégique du gouvernement. Cette évolution suscite des résistances chez la gauche et les Verts, a-t-il reconnu. D'où leur volonté "d'élire en 2007 trois conseillers fédéraux de leur bord et d'éjecter Christoph Blocher du gouvernement", a-t-il déclaré.Les élections fédérales de l'automne prochain seront donc un tournant décisif, un choix entre "succès" et "chute et décadence", a-t-il estimé. Et de faire une liste des alternatives selon lui: neutralité ou entraînement dans des conflits, prospérité ou pauvreté, coopération internationale ou intégration, coexistence pacifique avec les étrangers ou criminalité étrangère, confiance ou magouille.Interrogé sur son éventuelle candidature parallèle au Conseil national, M. Blocher a indiqué que la question était encore "ouverte": il n'en a pas l'intention, mais serait candidat si une réélection au Conseil fédéral était clairement "exclue".Quant à l'ambiance au gouvernement, elle est "particulièrement bonne", sauf les fois où l'on n'est "pas prêt à discuter des problèmes", a-t-il relevé. Et de souligner que la concordance signifie que des partis gouvernent ensemble alors même qu'ils ne défendent pas les mêmes idées.Cela dit, M. Blocher s'est défendu de vouloir faire campagne pour l'UDC en présentant la vision des choses "d'un simple membre du gouvernement". Il n'a pas non plus l'intention de faire campagne en 2007. "Mais si on m'attaque, je me défendrai", a-t-il conclu. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.