Champ-Dollon: un rapport explosif dénonce les violences policières

GENèVE - La justice genevoise recourt trop souvent à la détention préventive et pour de trop longues durées. Dans leur rapport, des experts chargés d'enquêter sur la situation de la prison de Champ-Dollon épinglent aussi les violences policières.Très attendu, le rapport promet de faire du bruit dans la République. Son contenu n?épargne ni le pouvoir judiciaire, dont la manière de traiter les dossiers subit des critiques en profondeur, ni la police. Des cas graves et non isolés de mauvais traitements lors des interpellations et des interrogatoires sont pointés du doigt.Les autorités avaient été alertées sur la situation explosive du pénitentier par une pétition des détenus, des menaces de grèves de la faim et des troubles survenus l?an dernier. Le Grand Conseil a mandaté trois experts, dont le professeur de droit pénal Christian-Nils Robert et le médecin et juriste Jean-Pierre Restellini, pour enquêter sur les causes de la surpopulation chronique de la prison.Concernant le volet policier de l?enquête, les experts ont auditionné 125 détenus. Trente-huit d'entre eux, soit 30%, se sont plaints de mauvais traitements physiques. Ce taux "très élevé" a surpris Jean-Pierre Restellini, qui travaille dans de nombreux pays comme membre du Comité européen pour la prévention de la torture.Concernant la justice, le faible nombre de juges d'instruction entraîne des lenteurs dans les procédures judiciaires, selon le professeur Robert. Un seul magistrat est chaque semaine de permanence pour traiter les nouveaux cas et le délai prévu de huit jours pour déterminer la nécessité ou non d?'une privation de liberté prolongée n'?est pas respecté.Le rapport conclut qu'il faut modifier les mentalités au Palais de justice, qui aurait tendance à incarcérer trop facilement. "La question se pose de savoir s?il faut parler de surpopulation carcérale ou de surcarcérisation de la population", assène le professeur. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.