Blocher en Turquie: indignation parmi les éditorialistes suisses

ANKARA/BERNE - Les critiques de Christoph Blocher sur la norme pénale antiracisme ont provoqué un tollé dans la presse suisse. En Turquie, la visite du conseiller fédéral n'a pas fait la "Une" des journaux, mais plusieurs articles lui ont été consacrés.Les éditorialistes suisses ont exprimé leur indignation à la suite des déclarations à Ankara de M. Blocher sur l'article 261 bis du code pénal suisse, qui réprime notamment le négationnisme. Pour "24 Heures", le conseiller fédéral - qui envisage une modification dudit article - "a tout simplement envoyé un coup de poignard dans le dos de son pays et de ses institutions. Il se trompe de rôle en toute connaissance de cause".Le "Quotidien jurassien" reproche au chef du Département fédéral de justice et police (DFJP) d'avoir "triplement dépassé les bornes". Il estime en outre que "M. Blocher s'est mis à plat ventre devant les Turcs dans la question arménienne et n'a pas fait avancer d'un iota la cause des Arméniens".La remise en question de la norme antiracisme dans un pays comme la Turquie est une "provocation monstre", a pour sa part écrit le "Tages-Anzeiger". Pour la "Neue Luzerner Zeitung", le conseiller fédéral a indirectement soutenu la Turquie qui refuse de reconnaître le génocide arménien perpétré par l'Empire ottoman en 1915.Par ses déclarations, le conseiller fédéral a montré "sa conception très volatile du respect des décisions populaires", peut-ont lire dans le "Temps", qui explique les circonstances agravantes de la critique par M. Blocher de l'article 261 bis."Qu'il le pense, c'est son droit. Qu'il l'exprime lors d'une séance du Conseil fédéral, c'est sa fonction". Le quotidien romand juge en revanche "inacceptable" qu'un membre du gouvernement se plaigne à l'étranger.La "Neue Zürcher Zeitung" rejoint cette position, soulignant le droit du ministre de la justice de discuter publiquement une décision du peuple (la norme pénale antiracisme a été approuvée en 1994, ndlr)Mais le faire à l'étranger implique, selon le quotidien, un danger d'éveiller des attentes qui ne peuvent pas par la suite être concrétisées en Suisse. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.