Berne récuse les critiques de Dick Marty sur les vols de la CIA

BERNE - La Suisse n'est pas impliquée directement dans les transfèrements secrets de prisonniers par la CIA. Mais elle s'est distinguée par son "formalisme" et sa "servilité" face aux Etats-Unis, selon Dick Marty. Berne récuse ces accusations.La Confédération a participé à des vols "logistiques" en direction de "certains lieux", a déclaré - sans donner plus de précisions - le conseiller aux Etats tessinois en présentant son rapport devant la presse à Paris. A Berne, on dit avoir toujours été "très clair" face à Washington.Le rapporteur du Conseil de l'Europe a confirmé que six vols américains ont fait escale en Suisse de septembre 2001 à septembre 2005 - cinq à Genève et un à Zurich. Par ailleurs, selon l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC), 76 appareils présumés de la CIA ont transité par l'espace aérien helvétique.Malgré cela, Berne a renouvelé début février l'autorisation annuelle de survol de la Suisse pour les avions officiels américains sur la base d'"assurances verbales" fournies par Washington, a déploré M. Marty. Des assurances jugées "tardives" et "pas particulièrement crédibles à la lumière des faits établis".La section suisse d'Amnesty International a elle aussi regretté que Berne n'ait pas adopté une "posture forte" dans ce dossier. Elle va lancer la semaine prochaine une pétition pour exiger que Berne s'engage plus fermement contre de telles activités.Interrogé par l'ATS, le porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) Lars Knuchel a rejeté ces critiques. Selon lui, les services de Micheline Calmy-Rey ont toujours été "très clairs sur les principes" à l'égard des Etats-Unis, affirmant que le transfèrement de prisonniers vers des pays où ceux-ci risquaient d'être torturés était contraire au droit international.Berne entend en outre rester vigilant: si les assurances fournies par Washington devaient s'avérer inexactes, les autorités suisses devraient "réévaluer la situation", a-t-il insisté.Selon M. Marty, la justice italienne a établi que la CIA avait transféré l'imam égyptien Abou Omar, enlevé en février 2003 à Milan, vers l'Allemagne via l'espace aérien suisse et que le chef de cette opération "a séjourné en Suisse". Le Ministère public de la Confédération (MPC) a d'ailleurs ouvert une enquête préliminaire sur ce sujet. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.