Baisse du prix des médicaments: guerre originaux-génériques ouverte

BERNE - L'incitation de la Confédération à acheter des médicaments génériques meilleur marché a du plomb dans l'aile. Les assurés paient désormais aussi seulement 10% du prix des médicaments originaux, si ce prix a été aligné sur celui des génériques.Le prix des médicaments dégringole en Suisse: de janvier à la fin juillet, le prix de quelque 1400 spécialités médicamenteuses a baissé de 30% en moyenne, a indiqué Michelle Kindhauser, porte-parole d'Interpharma. En contrepartie, seules 21 hausses de prix ont été enregistrées.La tendance va se poursuivre: de nouveaux ajustements sont attendus début septembre, selon la porte-parole de l'assocation faîtière des entreprises pharmaceutiques suisses actives dans la recherche.Pascal Couchepin a amorcé le mouvement l'automne dernier, en concluant un accord avec l'industrie pharmaceutique pour baisser le prix des médicaments n'étant plus sous la protection d'un brevet.Il a été convenu que les patients paieraient 10% du prix des génériques contre 20% de celui des préparations originales, lorsqu'un générique meilleur marché existe. Cette mesure entrée en vigueur en janvier a fait exploser le chiffre d'affaires des génériques de 62%. La part des copies a passé de 19,9 à 32,9% du marché, entre fin 2005 et mi-2006.Les fabricants d'originaux, sous pression, ont baissé leurs prix de moitié. Le groupe Pfizer est encore allé plus loin: depuis le 1er août, il offre tous ses médicaments dont le brevet est échu au prix des copies sur le marché.L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) encourage cette démarche: la quote-part dont doivent s'acquitter les assurés pour les médicaments originaux est ramenée à 10% lorsque la baisse sur les prix des préparations d'origine atteint 30%, a expliqué le porte-parole de l'OFSP Daniel Dauwalder.Les génériques restent meilleur marché que les originaux, en règle générale, souligne pour sa part Markus Meier, directeur de l'association faîtière de la branche Intergenerika. Mais on a perdu tout l'effet de l'incitation à se tourner vers les génériques.La concurrence devient fratricide: elle ne se joue plus qu'entre génériques, déplore M. Meier. Il évoque une manoeuvre des fabricants d'originaux pour éviter de perdre la clientèle: ces producteurs de médicaments n'ont eu à baisser qu'une seule fois leurs tarifs pour retrouver leur position privilégiée sur le marché. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.