Affaire Roschacher: le procureur général se défend

ZURICH - Le procureur général Valentin Roschacher se défend contre les reproches de la "Weltwoche", selon laquelle il se serait fait rouler par un trafiquant de drogue colombien utilisé comme informateur dans une enquête sur une affaire de blanchiment contre le banquier Oskar Holenweger.Il repousse aussi les demandes de contrôle accru sur le Ministère public de la Confédération (MPC)."Il est diffamant de faire croire que le procureur, le Ministère public de la Confédération (MPC) et la police agissent en dehors de la loi et de tout contrôle. (...) Nous sommes l'autorité de poursuite pénale la plus contrôlée de Suisse", affirme M. Roschacher.Pourquoi ces pressions pour plus de contrôle, se demande le procureur. "Pour moi, cela signifie qu'on veut un autre contrôle. Mais lequel ? Un contrôle extrajudiciaire ?" Ce sont surtout les collaborateurs du MPC qui souffrent de ces attaques, ajoute M. Roschacher.M. Roschacher dit avoir uniquement "ouvert la porte" dans cette affaire, parce que l'avocat du trafiquant de drogue condamné a pris contact avec lui. Avec le directeur de l'Office fédéral de la police et d'autres personnes, il a contribué à créer une "Task Force Guest" à la police judiciaire fédérale.Cette "Task Force Guest" a pris contact avec l'informateur, mais elle a toujours respecté les lois, selon M. Roschacher. Lui-même n'a jamais conclu de "deal" avec l'informateur.Les informations ainsi obtenues ont été soigneusement contrôlées, selon le procureur. Elles n'étaient pas sans valeur comme le prétend la "Weltwoche". Des procédures sont en cours, dont certaines au stade de la mise en accusation.Le procureur dit avoir informé brièvement le conseiller fédéral Christoph Blocher de l'affaire Holenweger au début de 2004. Le chef du DFJP aurait expressément renoncé à d'autres informations, et n'aurait exigé un rapport qu'après l'article de la "Weltwoche"."Je lui ai fait savoir que, sur la base de ses déclarations de l'époque, je suis prêt à renseigner le président de la Confédération (Moritz Leuenberger), ministre suppléant de la justice... parce que M. Blocher avait alors renoncé expressément à d'autres informations". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.