Violences en banlieue parisienne: 165 véhicules brûlés

PARIS - La police française a recensé jeudi soir 165 incendies de véhicules dans la banlieue parisienne et 33 en province. A 1h00, la nuit était cependant beaucoup plus calme que la précédente, selon les forces de l'ordre. Jeudi soir, les feux de voitures ont constitué l'essentiel des violences urbaines, ainsi que "les caillassages de bus, de pompiers et de forces de l'ordre", a indiqué la police. A minuit, une vingtaine de personnes avaient été placées en garde à vue. Cinq policiers ont été légèrement blessés par des jets de projectiles, dont trois à Poissy, dans les Yvelines. En province, sept véhicules ont été brûlés à Dijon (centre-est), neuf en Seine-Maritime (ouest) et huit dans les Bouches-du-Rhône (sud-est). Dans la nuit de mercredi à jeudi, 315 véhicules avaient été incendiés et les policiers et pompiers avaient fait l'objet de tirs à balles réelles. Le gouvernement français a affiché sa détermination à rétablir l'ordre autour de Paris. Le Premier ministre Dominique de Villepin a dénoncé jeudi des actes "inacceptables". "Je refuse que des bandes organisées fassent la loi dans les banlieues", a-t-il martelé à l'Assemblée. "Nous appliquerons la loi afin que la police soit la bienvenue partout sur le territoire de la République française", a renchéri le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy, accusé d'avoir attisé le feu en qualifiant de "racaille" les délinquants de banlieue. Il a annoncé que 143 personnes avaient été interpellées en une semaine. Les violences urbaines touchent depuis huit nuits plusieurs banlieues pauvres et à forte population d'origine immigrée de la région parisienne. Elles ont débuté après le décès de deux adolescents électrocutés dans un transformateur où ils s'étaient cachés croyant être poursuivis par la police. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.