Victor Emmanuel de Savoie sera entendu mardi par un juge

ROME - Victor Emmanuel de Savoie, arrêté vendredi dans le nord de l'Italie, sera entendu mardi par un juge de Potenza, indique la presse citant des sources judiciaires. Le prince est accusé de corruption, jeux truqués et proxénétisme.Dans l'attente de ce premier interrogatoire, l'héritier de la famille royale italienne, âgé de 69 ans, devait recevoir ses avocats dans la prison de cette petite ville de Basilicate, point de départ d'une vaste enquête qui est remontée jusqu'à lui."J'ai confiance en la justice et je suis convaincu que je réussirai à démontrer mon innocence", a déclaré Victor Emmanuel à deux conseillers régionaux de Forza Italia (le parti de droite de Silvio Berlusconi) venus lui rendre visite samedi."Vittorio est un homme propre, il n'a même jamais fumé un joint", a renchéri son épouse Maria Doria, citée samedi par le "Corriere della Sera".Mais le juge aux enquêtes préliminaires (GIP) Alberto Iannuzi a souligné que les indices recueillis contre lui étaient "très graves". Le risque de fuite à l'étranger du prince, qui vit habituellement en Suisse, justifie son incarcération.Selon le juge Iannuzi, cité par "La Repubblica", tout est parti d'une "banale enquête" sur un délit d'usure à Potenza, qui a débouché sur la mise au jour d'un réseau de machines à sous et de jeux vidéo truqués en Basilicate, en Sicile et dans les casinos italiens, dont celui de Campione d'Italia.Treize personnes ont été incarcérées ou placées aux arrêts domociliaires dans cette enquête, dont le le syndic de Campione, qui possède un cabinet médical à Pregassona, près de Lugano, et le porte-parole de l'ancien ministre italien des affaires étrangères Gianfranco Fini, chef du parti de droite Alliance Nationale (AN).L'enquête met également en cause le fils de Victor Emmanuel, Emmanuel Philibert, et l'ancien premier ministre bulgare Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha, parent de la famille de Savoie, selon la presse.Victor Emmanuel avait été mise en cause en 1978 en France après la mort d'un jeune Allemand grièvement blessé par arme à feu. Le prince n'a été condamné treize ans plus tard qu'à six mois de prison avec sursis pour détention et port d'armes.Au début des années 1970, il avait fait l'objet d'une enquête en Italie pour trafic d'armes international mais cette procédure n'avait donné lieu à aucune suite judiciaire. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.