Un violent cyclone balaie le nord-est de l'Australie

BRISBANE - Le nord-est de l'Australie a été balayé par le cyclone Larry, le plus puissant enregistré depuis trente ans, avec des vents allant jusqu'à 290km/h. Les autorités ont instauré l'état d'urgence, mais on ne déplore que des blessés légers.Le cyclone tropical a été classé en catégorie 5 lorsqu'il a frappé le sud de Cairns, à l'extrême nord de l'Etat du Queensland. La dépression a ensuite perdu en intensité au fur et à mesure qu'elle a pénétré dans les terres, pour être retrogradée à la catégorie 3 en milieu d'après-midi.Les autorités de la région ont décrété l'état d'urgence. Elles ont mis en garde la population sur les risques d'inondations et ont recommandé de se méfier des serpents et des crocodiles, rendus agressifs par le cyclone qui les a désorientés.A Innisfail, une ville de 8500 habitants du nord du Queensland située sur la trajectoire directe de Larry, la moitié des édifices a été endommagée. "Certains sont complètement détruits, d'autres partiellement", a déclaré un responsable des Services d'urgence du Queensland, Alan Green.Les récoltes de canne à sucre, de bananes et de papayes de cette cité agricole ont également été détruites, représentant plusieurs centaines de millions de dollars de pertes, selon les autorités. Environ 50'000 habitations ou entreprises sont privées d'électricité, a indiqué un porte-parole d'Ergon Energy Cairns.Un peu plus au sud, à Mission Beach, les déferlantes ont charrié du sable et des débris, jusqu'au seuil de certaines habitations, tandis que le front de mer de cette région touristique, point de départ pour la Grande Barrière de corail, est très endommagé.Le cyclone a sans doute causé "la mort de presque tous les coraux qui étaient sur sa route", a relevé David Washenseld, le directeur scientifique du Parc maritime de la Grande Barrière."Tous les coraux durs, ainsi que les coraux mous ou les éponges vivent accrochés au fond marin, tout comme un arbre est enraciné dans la terre. Ils essuient donc le choc de plein fouet", a-t-il expliqué. Il a toutefois précisé qu'il ne se basait pas sur des constatations, qui n'ont pas encore pu être faites, mais sur son expérience des dévastations passées. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.