Ultimatum à Israël des ravisseurs du soldat enlevé

GAZA - Les ravisseurs palestiniens d'un soldat israélien ont lancé un ultimatum de moins de 24 heures à Israël pour libérer des prisonniers. La mise en demeure a été immédiatement rejetée par l'Etat hébreu qui poursuit son offensive anti-Hamas."Devant l'insistance de l'ennemi sioniste à poursuivre les mesures militaires et l'agression, nous lui accordons un délai expirant mardi 4 juillet à 06h00 (05h00 suisses)", ont proclamé les Brigades Ezzedine Al-Qassam (branche armée du Hamas), les Comités de la résistance populaire et l'Armée de l'Islam."Si l'ennemi ne satisfait pas nos demandes formulées dans notre précédent communiqué, (..) nous considérerons le dossier comme clos et l'ennemi aura à assumer tous les résultats", ont-ils ajouté. Le communiqué ne précise pas quel sera le sort du soldat Gilad Shalit si les revendications des ravisseurs sont satisfaites, ni dans le cas contraire.Dans leurs précédents communiqués, les trois groupes avaient réclamé d'Israël d'abord la libération des femmes et des mineurs palestiniens en échange d'informations sur le sort du caporal, puis la remise en liberté d'un millier de détenus, "dont tous les chefs de factions palestiniennes" emprisonnés.Israël a promptement rejeté l'ultimatum, le premier ministre Ehud Olmert donnant son feu vert à la poursuite de l'offensive militaire dans la bande de Gaza, la plus importante menée depuis le retrait israélien du territoire palestinien en septembre 2005.Le gouvernement palestinien issu du Hamas paraît toutefois jouer la carte diplomatique. "Le gouvernement lance un appel aux mouvements de la résistance pour que le soldat reste en vie et qu'il soit bien traité", a affirmé le ministre de l'information, Youssef Rizqa. Il a encore dit souhaiter qu'une "solution diplomatique et politique" soit privilégiée pour le libérer.Plus d'une semaine après la capture du caporal Gilad Shalit, 19 ans, les efforts, déployés pour dénouer la crise, du président palestinien Mahmoud Abbas et des médiateurs égyptiens étaient au point mort. Le président égyptien Hosni Moubarak est arrivé à Djeddah, sur la mer Rouge, où il s'est entretenu avec le roi Abdallah d'Arabie saoudite, sans que l'on connaisse la teneur de leurs discussions. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.