Tony Blair fait un geste pour dégager la voie à un accord

BRUXELLES - Le Premier ministre britannique Tony Blair doit dégager la voie à un accord européen crucial sur le budget. Il doit faire à Bruxelles un nouveau geste sur le rabais de son pays et se rallier à une proposition allemande d'augmenter les finances de l'UE. Le président français Jacques Chirac, l'un de ses principaux opposants dans la négociation, a lui-même estimé que le sommet des dirigeants des 25 s'orientait "petit à petit vers une solution". Dans une proposition qu'il devait soumettre dans la soirée à ses partenaires des 25, M. Blair a offert d'abandonner, entre 2007 et 2013, 2,5 milliards d'euros supplémentaires de la ristourne accordée au Royaume Uni, ont indiqué des sources européennes. Sur l'ensemble de la période, Londres renoncerait à 10,5 milliards d'euros, soit 20 % de la somme (50 à 55 milliards) qui aurait dû lui être reversée sans révision du système actuel, selon les mêmes sources. M. Blair a lui indiqué qu'il allait présenter une "dernière" offre "juste et raisonnable". Outre l'avancée sur le rabais, la dernière proposition britannique comporte un autre geste majeur. M. Blair suggère de porter les dépenses globales du budget 2007-2013 à 862,5 milliards d'euros, soit 13,2 milliards de plus que précédemment. Au final, l'enveloppe budgétaire pèserait 1,045 % du produit intérieur brut (PIB) de l'UE à 27, les 25 plus la Bulgarie et la Roumanie, contre 1,03 % dans la précédente proposition britannique et 1,06 % dans le projet proposé en juin par le Luxembourg et rejeté à l'époque notamment par Londres. Les dirigeants européens devaient reprendre dans la soirée leurs discussions sur le projet de compromis. M. Blair, qui joue au sommet de Bruxelles le bilan de ses six mois à la tête de l'UE, était soumis à une double pression très forte. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.