Tintin parle enfin roumain, 77 ans après sa création

BUCAREST - Créé par Hergé il y a 77 ans, Tintin parle enfin le moldo-valaque, avec la sortie en roumain des "Cigares du pharaon" et "Le lotus bleu". Les autres albums devraient suivre.Mais pourquoi donc ne pas avoir traduit d'abord en roumain "Le sceptre d'Ottokar", roi de Syldavie, transposition par Hergé de la monarchie roumaine des années trente ? "Tout simplement pour respecter l'entrée chronologique des personnages entourant Tintin, tels les Dupont-Dupond ou le capitaine Haddock", a expliqué Franck Pezza, de la délégation Wallonie-Bruxelles à Bucarest."Plus ethnographiques, les trois premiers albums, 'Tintin au pays des Soviets', 'Tintin en Amérique' et 'Tintin au Congo', devraient aussi être traduits, mais plus tard", a-t-il précisé. Les deux premiers albums, vendus 27,5 lei (12 francs) ont bénéficié d'un premier tirage de 2000 exemplaires.Ces toutes premières traductions des aventures de Tintin sont le fruit d'une collaboration entre institutions, ministères et ambassades belges et françaises avec le ministère roumain de la culture. Elles s'inscrivent dans le cadre de l'année de la francophonie en Roumanie.La Fondation "Solidarité culturelle pour la Roumanie Ars XXI" rappelle que les aventures du reporter ont été traduites en cinquante langues ou dialectes et tirées à plus de 150 millions d'exemplaires dans le monde. Elle se félicite que cette édition, qui survient 77 ans après la création du personnage, soit placée sous la devise du Journal de Tintin, "pour les enfants de 7 à 77 ans".Le capitaine Haddock et ses jurons n'apparaissent pas encore dans ces deux premiers albums. Le fidèle petit chien de Tintin, Milou, aboie lui déjà en moldo-valaque, du nom des deux provinces historiques, la Moldavie et la Valachie, qui ont constitué la Roumanie. Il troque le "Ouah ! Ouah !", pour le "Ham ! Ham !"."Sous le communisme, la bande dessinée capitaliste était interdite. Mais j'ai eu la chance de pouvoir lire 'Tintin' pour la première fois en 1974, à la bibliothèque du lectorat français de Craiova", au sud du pays, note Dodo Nita, président de l'Association des "bédéphiles" de Roumanie. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.