Succès démocrate aux USA: les réactions sont mitigées

BERNE - La défaite des républicains aux élections américaines de mi-mandat, largement imputée à la gestion de la crise en Irak, a été accueillie avec circonspection, même au Moyen-Orient. Personne ne parie sur de grands changements dans la politique américaine.Aucun enthousiasme ni à Bagdad, ni dans le monde arabe, même si les démocrates ont d'ores et déjà réclamé une nouvelle politique en Irak. "Les Arabes ne doivent pas trop jubiler", a déclaré Mohammad Al-Zolfa, membre du conseil consultatif saoudien. "Historiquement, le parti démocrate aux Etats-Unis est réputé pour un soutien à Israël plus grand que celui du parti républicain", a-t-il ajouté.L'ambassadeur des Etats-Unis en Irak, Zalmay Khalilzad, a quant à lui souligné que le président George W. Bush demeure "l'architecte" de la politique étrangère de son pays et qu'il "continuera sa mission en Irak, en dépit des lourdes pertes des républicains aux élections parlementaires".A Tokyo, le nouveau premier ministre conservateur Shinzo Abe, proche allié du président Bush, a assuré que la victoire des démocrates n'entrainerait "aucun changement dans le soutien du Japon à l'égard de l'Irak".Autre fidèle allié de Washington, le premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen a souhaité "que le président et le Congrès américain trouvent une ligne commune sur la question de l'Irak et de l'Afghanistan". Pour le président du Conseil italien Romano Prodi aussi, la défaite des républicains est due "fondamentalement" au conflit en Irak.L'ancien ambassadeur de Suisse aux Etats-Unis Alfred Defago a estimé que la victoire démocrate est une "gifle" pour George W. Bush. Dans le dossier irakien, le président républicain n'aura pas d'autre choix que de chercher de nouvelles solutions en collaboration avec les démocrates, a dit le diplomate.Les organisations écologistes ont également dit leur satisfaction: "Le principal message de ces résultats électoraux est que les Etats-Unis avancent dans la bonne direction", a commenté Steve Sawyer, porte-parole de Greenpeace.A Ankara, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a salué la "très grande victoire" du Parti démocrate, notant que "pour la première fois, une femme sera présidente de la Chambre des représentants, et pour la première fois il y aura un représentant musulman". /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.