Sommet UE: accord toujours incertain, offre de compromis à Varsovie

Les dirigeants européens ne sont pas parvenus jeudi soir à un accord sur un nouveau traité européen remplaçant la Constitution. Les discussions se sont poursuivies durant la nuit, avec notamment une "proposition de compromis" faite par la France à la Pologne."Nous ne pouvons pas dire encore si ce sera possible", mais "il y a une disposition de tous les côtés à trouver un accord", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, présidente en exercice de l'UE, après le premier dîner des chefs d'Etat et de gouvernement à Bruxelles.Selon elle, les discussions, menacées d'échec par les positions dures de la Pologne et du Royaume-Uni, se sont déroulées dans "une atmosphère qui n'était pas marquée par les menaces mais par la compréhension".Sur le problème polonais, Mme Merkel a rencontré peu après minuit les présidents polonais Lech Kaczynski, français Nicolas Sarkozy et lituanien Valdas Adamkus. Le locataire de l'Elysée a fait une "proposition de compromis" à Varsovie pour tenter de débloquer les discussions sur la question du système de vote au sein de l'UE.Varsovie rejette le système de vote à la double majorité inscrit dans le projet de Constitution. Le compromis français est fondé sur le mécanisme dit de Ionnania, qui permet à un Etat minoritaire d'obtenir une nouvelle délibération sur un texte communautaire, s'il se rapproche assez de la minorité de blocage sans toutefois l'atteindre, a expliqué un porte-parole du président français Nicolas Sarkozy.Mais les Polonais estiment ce compromis insuffisant et ont proposé d'y ajouter d'autres éléments. De nouvelles discussions entre la chancelière allemande Angela Merkel et M. Kaczynski étaient prévues vendredi matin, alors que les experts des trois pays devaient travailler durant la nuit "sur ce quepourrait être ce compromis".A l'issue de son entretien avec Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, Lech Kaczynski a toutefois fait état d'une situation "très difficile". "Malheureusement, je ne peux pas dire que je sois optimiste, mais il est de mon devoir en tant que membre du Conseil européen de poursuivre les discussions", a-t-il dit. /ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.